was successfully added to your cart.
manipulation

Les techniques de manipulation que l’on emploie contre vous

By | Développement personnel | No Comments

1) La preuve sociale, où la logique « Si les autres le pensent, cela doit être vrai »

Le sénat des Etats-Unis décida un jour de lancer une campagne de prévention contre la drogue, qui coûta plus d’un milliard de dollars. Partout dans le pays, les adolescents voyaient des histoires de personnes dont la vie fut détruite à cause de la drogue. Devinez quelle fut la conséquence de cette campagne ? La consommation de drogues chez les jeunes augmenta. Pourquoi ? A cause du principe de la preuve sociale. Consciemment ou inconsciemment, nous appliquons souvent dans notre cerveau la logique suivante : « Si beaucoup d’êtres humains font une action X, alors cela signifie que je devrais aussi faire cette action X ». Les adolescents américains découvraient à cause de cette campagne que beaucoup de personnes étaient « accros » à la drogue. Beaucoup se sont donc mis à prendre de la drogue puisque « beaucoup le font ». Mais se moquer de la stupidité des jeunes américains n’est pas très judicieux, car beaucoup d’études suggèrent que le principe de la preuve sociale est à peu près universel, quel que soit l’âge et le pays. Pour donner un autre exemple, lorsqu’un suicide est fortement médiatisé par la presse, le nombre de suicides dans la population a tendance à fortement augmenter. Voici un exemple terrifiant de manipulation psychologique.

2) Le principe de la dissonance cognitive, où comment nous modifions notre perception de la réalité pour donner une cohérence à nos actes

Personne n’aime avoir tort. Cela est normal. Mais le problème est que cela nous conduit parfois à modifier notre mémoire d’une manière incroyable, afin de rester convaincu que nous avons raison. Par exemple, honnêtement, cela ne vous est-il jamais arrivé de prédire que tel homme politique allait gagner une élection, puis, que s’il perde, vous vous auto-persuadiez d’avoir toujours prédit sa défaite ? Ce principe nous incite aussi à un biais dans la sélection des informations. Si une célébrité que nous apprécions se trouve au cœur d’un scandale de corruption, nous lui trouverons toutes les excuses possibles. Cependant, si nous la détestons, nous ignorerons toutes les preuves possibles en faveur de son innocence.

3) La réciprocité « Je te donne, tu dois me donner en échange », la technique de manipulation des commerciaux

Hare Krishna est une organisation religieuse hindoue faisant de nombreuses campagnes dans le rue partout dans le monde pour récolter de l’argent. Ils trouvèrent une astuce redoutable pour augmenter les donations : ils donnèrent des fleurs aux gens, puis seulement après réclamèrent des dons. Cela marcha redoutablement : après avoir reçu un « cadeau », les gens étaient souvent trop gênés pour refuser de leur donner de l’argent. Ce qui est intéressent, c’est que ce principe de la réciprocité fonctionne de manière disproportionnée : simplement après avoir reçu de la part d’un commercial un produit valant quelques centimes, beaucoup peuvent se sentir obligés d’acheter un produit de plus de 100 euros en échange. Alors, pour vous protéger, refusez tous les cadeaux que cherchent à vous offrir les commerciaux, cela est de la manipulation.

4) L’effet de la première impression

Cela ne vous est-il jamais arrivé qu’une compagnie dont vous utilisez les services vous traite très bien le premier mois, puis que le service se dégrade ensuite ? Elle utilise simplement le principe de la première impression, qui, positive ou négative, a tendance à biaiser durant un long futur l’impression que l’on a envers quelqu’un ou quelque chose. Cela signifie que votre première journée à un travail n’est définitivement pas la bonne pour arriver en retard ou causer des problèmes : ceux-ci seront très ancrés dans la mémoire des gens.

Cliquez-ici pour lire mon article sur les lois du pouvoir.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire Les influences psychologiques de Robert Cialdini.

rat race

La rat race ou la course aux rats

By | Développement personnel | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

Voici ce qu’est la rat race : « Des millions de gens sacrifient leur vie pour un travail qui va leur servir à acheter des choses dont ils n’ont pas besoin pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas »

« Même si vous êtes le premier dans la course aux rats, vous êtes toujours un rat »

 

N’avez-vous jamais eu l’impression que dans notre société, de plus en plus de gens ont tendance à sacrifier des années de leur vie pour une pseudo-réussite professionnelle et un pseudo-prestige ? Beaucoup choisissent leur carrière non pas selon leur propre passion, mais pour impressionner leur entourage, famille et amis.

 

Prenons l’exemple de Monsieur X. Monsieur X, après un bac général, entreprend un bac +5 dans un domaine classique comme l’ingénierie et le commerce, pas vraiment par passion (il serait incapable de citer 2 catégories d’ingénieur, ou 2 métiers disponibles après une école d’ingénieur). Mais bon, tous les bons élèves dans sa classe font cette carrière, et ses parents et ses professeurs lui disent de faire cela. Durant ses études, il se défoncera au travail tant qu’il y aura des concours à passer, mais une fois ceux-ci terminés, alcool et fêtes prendront le pas sur l’apprentissage. Il sera absent à la moitié des cours, mais parviendra tout de même à avoir son beau diplôme, cela étant la politique de nombreuses grandes écoles en France. Après ses études, Monsieur X choisit un emploi prestigieux recommandé par ses parents, de préférence une grande multinationale qui affiche en grand son élitisme et dont le nom fait chic à sortir dans un certain milieu social (le français moyen ne connait probablement pas McKinsey ou JP Morgan). Durant ses débuts dans l’entreprise, Monsieur X doit travailler énormément sur des tâches pas forcément intéressantes, mais l’entreprise ne cesse de lui marteler que le prestige qu’elle offre va lui garantir « une bonne carrière » pour la vie. Passons 20 ans plus tard. Après quelques promotions, Monsieur X peut être considéré comme étant riche en-terme de revenu et apparait aux yeux de sa famille comme ayant parfaitement réussi sa vie. Pourtant, les années de travail bureaucratique ont fini par l’user moralement et physiquement. On sent une profonde lassitude à l’idée de devoir encore se lever 5 fois par semaine pendant 25 ans pour un métier pour lequel il n’éprouve aucune passion. Monsieur X repense alors à tous les métiers qui le faisaient rêver, et qu’il n’a jamais fait parce que ses professeurs lui répétaient que ce serait un gâchis pour quelqu’un de son potentiel de faire cela. Mais Monsieur X s’est rendu compte trop tard que ses études jugées prestigieuses l’ont mené à un métier jugé prestigieux qui consiste en grande partie à faire des tableaux Excel et dont le bon salaire est largement compensé par les horaires à rallonge (et puis, on leur martelait au salon de recrutement que le jour où il deviendrait Managing Director, son revenu serait en millions, mais personne n’a précisé la proportion de débutants qui deviennent Managing Director…) Cela s’appelle la rat race.

 

Une raison supplémentaire de ne pas vous baser sur le prestige pour choisir votre carrière est que prestige et salaire élevé sont deux choses totalement différentes. Être chercheur en physique est sans doute beaucoup plus prestigieux lors des réunions familiales, mais faire de la plomberie est un bien meilleur choix financier.

De plus, pour gagner beaucoup d’argent, le mieux est encore d’être dans les meilleurs de votre domaine. Les banquiers d’affaire sont peut-être en moyenne très bien payés, mais un banquier d’affaire médiocre qui sera donc incapable de monter les échelons se verra très rapidement dépassé en terme-de salaire par le top de ceux ayant des métiers considérés bien moins prestigieux par la société.

Alors, cela vous donne t’il envie d’échapper à la rat race ?

Cliquez-ici pour découvrir un hack pour réaliser ses rêves.

Pour approfondir, vous pouvez lire La semaine de 4 heures de Tim Ferriss.

Découvrez maintenant notre formation !
Ayn Rand

Pourquoi tous les entrepreneurs doivent lire ce livre d’Ayn Rand

By | Développement personnel | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

Comme assez souvent, je vais vous parler d’un livre. Mais pas de n’importe lequel. Celui-ci est, une cinquantaine d’année après sa parution, toujours le deuxième livre le plus influent aux Etats-Unis juste après la Bible. Son titre ? Atlas Shrugged de Ayn Rand (La révolte d’Atlas) traduit sous le très mauvais titre de La grève en français. Bien qu’il s’agisse d’un roman, il est une encyclopédie de leçons à retenir pour les entrepreneurs.

Ce livre raconte l’histoire d’une grève nationale. Mais pas une grève de salariés. Une grève des entrepreneurs et des chefs d’entreprises qui en ont assez des taxes et des réglementations que leur impose l’Etat. Ils décident donc de laisser le pays livré à lui-même.

Voici quelques citations du livre d’Ayn Rand pour vous donner un avant-goût de sa philosophie.

 

« Je jure sur ma vie et sur mon amour de ma vie que je ne vivrai jamais pour l’intérêt d’un autre homme, et que je ne demanderai jamais à un autre homme de vivre pour le mien »

« J’ai commencé ma vie avec un seul absolu : que le monde extérieur devait refléter mes plus hautes valeurs, et ne jamais être abandonné à des standards inferieurs »

« Les contradictions n’existent pas. Quand vous trouvez une contradiction, vérifiez vos éléments de départ. Vous trouverez que l’un est faux »

« L’homme qui refuse de juger, qui n’est jamais d’accord ou en désaccord, qui déclare qu’il n’y a aucun absolu et pense qu’il échappe à toute responsabilité, est l’homme responsable de tout le sang qui se retrouve sur la terre… Il y a deux côtés à chaque débat : un est vrai, un est faux, mais le milieu est toujours diabolique »

« Laissez-moi vous donner un conseil pour juger le caractère d’un homme : celui qui maudit l’argent l’obtient de manière malhonnête, celui qui le respecte la gagne honnêtement

« Éloignez-vous immédiatement de n’importe quelle personne qui vous déclare que l’argent est maléfique : c’est la sonnette d’alarme qui annonce un truand »

« L’argent est juste un outil. Il vous amènera là ou vous voulez, mais il ne vous remplacera pas comme conducteur »

« L’argent ne permettra pas d’acheter le bonheur à l’homme qui n’a aucune idée de ce qu’il désire »

« Un crime plus grand que d’assassiner un homme, est de lui faire croire que le suicide est une vertu »

« Je ne pense pas que la tragédie soit notre destin naturel et ne vis pas dans la peur permanente qu’elle arrive. Ce n’est pas le bonheur, mais la souffrance que je considère comme non naturelle. Ce n’est pas le succès, mais la calamité que je regarde comme une exception anormale dans la vie d’un être humain »

« Un homme honnête est un homme qui sait qu’il ne peut pas consommer plus qu’il ne produit »

« L’homme a le pouvoir d’être son propre destructeur, et c’est comme cela qu’il a agi dans la majeure partie de l’Histoire»

« Vous ne pouvez pas avoir votre gâteau et laisser votre voisin le manger également »

« Ceux qui veulent faire des affaires avec moi doivent le faire dans mes termes ou pas du tout. Je ne négocie pas avec l’incompétence »

« C’était un homme qui n’avait jamais accepté l’idée que les autres avaient le droit de le stopper. Il se fixait un objectif et allait en avant vers ce dernier »

« Cela est logique que lorsqu’il y a un sacrifice, il y a quelqu’un qui collecte l’offrande du sacrifice. L’homme qui vous parle de sacrifices vous parle de maître et d’esclave, et a l’intention d’être le maître »

« La seule chose qui compte dans la vie, ce sont des possessions solides et matérielles, il n’y a pas le temps pour la théorie quand tout autour de nous tombe en pièce ».

La philosophie d’Ayn Rand repose sur un principe de base : l’égoïsme rationnelle. Autrement dit, il n’y a rien de plus noble pour un homme que la recherche de son propre bonheur.

Cliquez-ici pour lire mon article sur 3 choses dangereuses que l’on apprend en école de commerce.

Découvrez maintenant notre formation !
école de commerce

3 choses dangereuses que l’on apprend en école de commerce

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

Cet article sur les choses fausses que l’0n apprend en école de commerce est tiré de Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études d’Olivier Roland.

1) Les beaux business plans et les études de marché de 40 pages enseignés par les professeurs sont totalement inutiles

Eric Ries ne mâche pas ses mots. Il est le fondateur d’une startup revendue plusieurs millions de dollars et auteur du bestseller Le Lean Startup. Son opinion sur tous les beaux papiers que l’on apprend à rédiger en école de commerce, comme les business plans et les études de marché approfondies, est très claire : cela ne sert à rien. Dans ce monde aussi compliqué que le nôtre, le magnifique business plan avec des pages de données statistiques qui a mis des mois à être rédigé se révèlera souvent complètement inutile dès les premiers lancements. Il y a une citation anonyme sur internet qui dit : « le business plan vaut 1, le produit vaut 10 et les premiers clients valent 100 ». De même pour les études de marché où l’on fait une segmentation détaillée de la cible du produit. La vérité, malheureusement, c’est que c’est généralement après avoir lancé son produit que l’on découvre quels types de personnes sont intéressés, et pas avant. Par exemple, Olivier Roland est un célèbre blogueur qui vend des formations en entreprenariat. Initialement, il avait lancé des campagnes pour promouvoir ses formations payantes auprès de jeunes non diplômés. Mais il s’est vite rendu compte que ses produits séduisaient plutôt des cadres surmenés rêvant de changer de vie, et il a donc changé sa communication en conséquence.

2) Méfiez-vous de tous ces professeurs devins qui pensent prédire à coup sûr le succès ou l’échec de votre idée !

Michael Porter est un petit peu le dieu de toute la science du management. Professeur pendant longtemps à la Harvard Business School, il passe son temps dans la presse à prétendre détenir les solutions miracles pour faire marcher n’importe quelle entreprise. Mais les rêves et la réalité coïncident rarement. En-effet, petit tache d’encre : la propre entreprise de consulting dirigée par Porter a fait faillite de manière spectaculaire il y a quelques années. La morale de l’histoire, c’est qu’il ne faut pas tenir compte de tous les avis des mentors qui vont parier à coup sûr que votre entreprise échouera. Les très bons livres de management donnent tous des stratégies dont s’inspirer pour augmenter les chances de succès de votre entreprise. Mais ils ne disent pas « Votre idée doit avoir ces 15 caractéristiques très précises, il faut que vous lanciez votre entreprise exactement à cette période de votre vie, avec au minimum X associés et Y sommes d’argent ». Ces auteurs, contrairement à Michael Porter, ne sont pas là pour jouer aux devins. Et ils n’enseignent pas en école de commerce.

3) Dernière chose fausse enseignée en école de commerce : « Plus une entreprise est grosse et complexe, mieux c’est »

La grande mode depuis 50 ans, dans les écoles de commerce, c’est d’enseigner à faire fusionner les entreprises pour les faire grandir. Et c’est exactement ce que font souvent les nombreux patrons diplômés de Master in Business Administration : passer leur temps à grouper des grandes entreprises déjà immenses. Par exemple, il y a deux ans, deux groupes hôteliers dans le top 10 mondial, Marriott et Starwood, ont fusionné. Ces immenses transactions sont sûrement impressionnantes, et enrichissent beaucoup les banques qui les organisent, mais laissons parler les statistiques. D’après une étude réalisée sur une période de plusieurs années, seules 10 % de ces transactions ont des résultats positifs. La raison : organiser la fusion de deux géants coûte d’énormes sommes d’argent et crée des désordres d’organisations immenses au sein des deux entreprises.

Cliquez-ici pour lire mon article sur les 5 savoirs à retenir du fondateur de Mac Donald.

Pour approfondir, vous pouvez lire Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études d’Olivier Roland.

Découvrez maintenant notre formation !
Ray Kroc

5 leçons entrepreneuriales à retenir du fondateur de MacDonald´s, Ray Kroc

By | Entreprenariat | 3 Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1) L’importance de l’auto-éducation

Ray Kroc n’obtint jamais un seul diplôme d’une université, mais il était en revanche un autodidacte fanatique. Durant toute sa vie, il apprit rapidement sur le tas tous les savoirs dont il avait besoin pour ses divers emplois. C’était un lecteur avide de livres pratico-pratiques, que ce soit sur la vente, le marketing ou l’entreprenariat. Alors qu’il était commercial et qu’il voyageait à travers tous les Etats-Unis, il passait ses soirées dans sa chambre de motel à écouter des cassettes sur le développement personnel et le pouvoir de la motivation. Ray Kroc considérait que le savoir était le pouvoir, et que sa soif d’apprentissage allait finir par payer. Pour lui, apprendre n’était pas quelque chose de réservé aux jeunes, mais un processus continu tout au long de la vie. Il appliqua à la perfection la citation de Mark Twain « Je n’ai jamais laissé l’école se mettre en travers de mon éducation ». Après tout, si vous achetez un livre à 15 euros et y trouvez une seule bonne idée pour votre entreprise que vous appliquez, vous venez juste de réaliser le meilleur investissement de votre vie.

 

Cliquez-ici pour découvrir comment s’auto-éduquer.

2) L’importance d’établir des procédures précises pour manager une entreprise

Les frères McDonald avaient essayé de développer des franchises de leur restaurant, mais ils se heurtèrent à un obstacle de taille qui se résume en deux mots « contrôle et qualité ». En-effet, dès qu’ils n’étaient pas là pour surveiller les opérations du restaurant, tout se passait mal. La propreté laissait à désirer, les frites étaient servies froides et les clients attendaient une éternité. Ray Kroc trouva la solution : établir un système de management avec des procédures très strictes qui décrivent exactement comment gérer le restaurant dans tous les détails. De comment faire le ménage à la mise en place juste avant le service. En plus, chaque futur manager doit être « formaté » aux standards de la chaîne. Encore aujourd’hui, MacDonald’s possède aux 4 coins du monde des centres de formation où tous les futurs encadreurs se font répéter inlassablement tous les standards du groupe. Cette leçon peut être utilisée pour beaucoup d’autres domaines que la restauration. Et même si vous ne souhaitez pas augmenter la taille de votre entreprise, avoir des procédures précises permet d’éviter que vous ayez sans cesse besoin d’être sur le qui-vive pour que tout fonctionne.

3) « Je ne suis pas dans le business des hamburgers, je suis dans le business de l’immobilier »

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, MacDonald´s ne fait pas de l’argent en vendant du hamburger. Du moins, pas directement. Presque tous les restaurants de la marque sont des franchises, ce qui signifie que quelqu’un d’autre possède le restaurant en lui-même. En-revanche, MacDonald´s possède quasiment toujours le local du restaurant, et le loue à prix onéreux à ses franchiseurs. La principale activité depuis les sièges de l’entreprise est de chercher en permanence à travers le monde les meilleurs emplacements dont il faut s´emparer. Au tout début, l’entreprise gérait elle-même ses restaurants, mais elle était au bord de la faillite. C’est à ce moment-là que Ray Kroc commença le modèle que je viens de décrire. Ce que tout cela signifie, très simplement, c’est que si demain vous ouvrez un MacDonald´s, vous prendrez l’essentiel des risques tandis que le groupe aura la majorité des bénéfices, ce qui lui donne une rente formidable. Pas mal de chaînes se sont depuis inspirées de MacDonald´s et appliquent une stratégie similaire.  

Cliquez-ici pour découvrir comment faire grandir de manière exponentielle votre entreprise.

4) Profiter des informations que l’on est les seuls à connaître pour faire des affaires extraordinaires

Juste avant de fonder MacDonald´s, Ray Kroc était commercial. Et que vendait-il ? Des machines de milkshakes ! Malheureusement pour lui, à ce moment-là, beaucoup de restaurants souffraient de difficultés financières, et ces machines se vendaient en très faible quantité. Quel ne fut pas sa surprise lorsqu’il reçut un jour une commande d’un restaurant qui demandait à se faire livrer un nombre important de ces appareils pour faire des milkshakes. Il fut si étonné qu’il rappela pour être certain qu’il ne s’agissait pas d’une erreur. Ce restaurant s’appelait MacDonald´s. C’est alors que Kroc réalisa qu’il y avait sans doute une affaire exceptionnelle à faire. Il alla visiter le restaurant des frères MacDonald et identifia immédiatement une mine d´or. A tel point qu´il demanda presque immédiatement à les voir. Il racheta progressivement le tout, et la suite de l´histoire, vous la connaissez. La morale qu´il faut retenir, c´est que dans pas mal de professions, ou par vos relations personnelles, vous pouvez parfois avoir des informations sur une tendance ou sur une futur mine d´or avant les autres. Bien sûr, presque par définition, le nombre d´affaires exceptionnelles est rare, mais c´est une raison pour garder toujours un œil en alerte sur ce que vous voyez autour de vous.

5) Dernière leçon de Ray Kroc, il n’est jamais trop tard pour se lancer

Cliquez-ici pour savoir comment arrêter de procrastiner et réaliser vos rêves.

Ray Kroc possède un trait atypique qui le distingue de pas mal d´autres entrepreneurs célèbres : son succès exceptionnel survient très tard. Pensez-donc : ce n´est qu´à l´âge de 58 ans qu´il racheta MacDonald´s. Jusque-là, il était juste une personne appartenant à la classe moyenne, ayant eu une vie sans grand-chose de spécial, et un peu moqué par toutes ses connaissances pour toutes ses tentatives un petit peu ratées. Comme il le dit lui-même, il fonda un empire multinational à une période de la vie où la plupart des gens pensent plutôt à préparer très activement leur retraite. Tous ses précédents essais peu fructueux ne le découragèrent pas de racheter MacDonald´s car il avait compris que la seule manière de pouvoir obtenir quelque chose, c´est d´essayer. A ce moment-là, ses amis le découragèrent fortement d’entreprendre ce projet, mais il décida plutôt d´appliquer la devise : « Ne demande pas la permission pour le faire, fais-le ». Ce qui est intéressant, finalement, c´est que beaucoup de gens renoncent à essayer de faire des choses car ils ont peur que les autres se moquent d´eux si jamais-ils échouent. Mais qu´importe l´opinion que l´on a de vous ? La seule chose qui compte, c´est de trouver votre voie.

Pour approfondir, vous pouvez lire sa biographie.

Découvrez maintenant notre formation !
richesse

Les lois universelles de la richesse

By | Epargne personnelle | One Comment

Cet article est inspiré du livre L’homme le plus riche de Babylone de Samuel Clason.

1) La TOUTE première règle à suivre pour devenir riche

Babylone fut, il y a 6 000 ans, la ville la plus prospère par sa richesse de la terre entière. Un jour, un fabriquant de chars nommé Bansir est découragé par sa pauvreté. Il est totalement incapable d’accumuler de l’argent. C’est alors qu’il décide d’interroger la personne la plus riche du royaume pour que celle-ci lui dévoile ses secrets qui lui ont permis de posséder une telle fortune. Bansir découvre ainsi la règle numéro 1 qui gouverne l’argent : ” Si tu veux devenir riche, il faut décider que tu dois conserver une partie de ce que tu gagnes “. Cette loi peut paraitre très simple, mais finalement, le problème dont souffrent beaucoup de gens, c’est qu’ils dépensent immédiatement tout leur salaire sans en épargner même un faible pourcentage. Bansir applique donc la loi : chaque fois qu’il reçoit 10 pièces de cuivre, il en met immédiatement une de côté. La vie devient immédiatement plus facile.

2) Comment faire rentrer de l’argent dans une bourse vide, ou la racine de la richesse

Le roi de Babylone revenant dans sa cité après une guerre, découvre qu’une grande partie de la richesse était concentrée chez un petit nombre d’individus. Il fait appel à l’homme le plus riche du royaume, et lui demande d’enseigner comment devenir riche à toute la population. Ce dernier accepte de transmettre son savoir, qui se divise en 6 parties :
– Il demande au marchand d’œuf : ” Si vous mettez tous les jours dans le même panier 10 œufs et en retirez seulement 9 chaque soir, que se passe-t-il ? – Un jour viendra où ce panier initialement vide débordera, répondit le marchand ” Voilà, vous avez compris la première méthode pour devenir riche.
– Certains demandent alors à l’homme le plus riche comment économiser un dixième de son salaire si on n’arrive jamais à couvrir les dépenses. Celui-ci leur répond qu’ils ont tous leur bourse vide bien que leur salaire soit très différent. La réponse est que les dépenses considérées comme obligatoires augmentent presque aussi vite que le revenu lui-même. Il faut séparer dépenses obligatoires et désirs.
– Alors que les deux étapes suivantes sont réalisées, vous possédez de l’argent accumulé, mais qui ne fructifie pas encore de lui-même. Pour poursuivre sur le chemin de la richesse, il est temps de commencer à investir.
– La règle prioritaire de chaque investissement est de suivre régulièrement ce que devient votre argent pour en assurer la sécurité. Avant de confier votre argent aux autres, assurez-vous qu’il existe des garanties suffisantes pour vous rembourser.
– Il est alors temps de regarder votre situation financière à long terme sur le futur. Étant donné que viendra un âge où il vous sera très difficile de travailler, planifiez en avance l’argent qui vous sera nécessaire.
– Pour pouvoir accomplir tous les points précédents, il faut posséder un désir ardent de devenir riche. Le désir donne la motivation nécessaire pour l’accomplissement. Le désir inspire et donne des idées.
” Si un homme est chanceux, vous ne pouvez pas prédire la taille de sa richesse. Jetez-le dans l’Euphrate, et il en sortira avec des bijoux à la main ” Proverbe babylonien
Tout le monde rêve d’être chanceux. Certains croient que la chance n’arrive que de manière aléatoire. D’autres croient qu’elle est provoquée par une divinité. La vérité est que la chance arrive généralement chez ceux qui travaillent dur. Elle n’arrive jamais à l’homme sans effort de sa part. La chance favorise les hommes d’action.

Cliquez-ici pour lire mon article sur la transition de salarié à entrepreneur.

pouvoir

Pouvoir : les lois qu’appliquent ceux qui dominent

By | Développement personnel | One Comment

Cet article est inspiré du livre Les 48 lois du pouvoir de Robert Greene.

Pour découvrir notre formation, cliquez-ici.

Ces lois vont vous paraître sans doute un peu trop cyniques et cruelles pour les appliquer, mais il est important de les connaître pour pouvoir au moins s’en protéger.

 

Loi 1 : Ne faites jamais de l’ombre à votre supérieur

Il faut toujours que les personnes placées au-dessus de vous se sentent supérieures. Aidez vos supérieurs à apparaître comme plus brillants qu’ils ne le sont vraiment, et vous atteignez les sommets du pouvoir.

Nicolas Fouquet appliqua l’opposé de cette loi. Il invita Louis XIV à un immense banquet dans lequel il montra l’étendue de sa puissance. Le problème est que le roi était un homme extrêmement arrogant, qui ne pouvait absolument pas supporter de voir sa grandeur éclipsée par celle de Fouquet. Le lendemain, il fit arrêter ce dernier, qui passa le restant de sa vie en prison.

 

Loi 2 : Défendez votre réputation comme votre vie

Votre réputation est la racine de votre pouvoir. Grâce à elle, vous pouvez intimider et vaincre. Rendez votre réputation inattaquable. En même temps, apprenez à attaquer celle de vos ennemis afin de les détruire.

Les gens autour de nous, même les amis les plus proches, sont toujours un peu mystérieux. Pour cette raison, on préfère juger sur les signes extérieurs les plus visibles : vêtements, gestes et actions. Dans le prestige social, l’apparence est utilisée pour pratiquement tous les jugements.

Durant la seconde guerre mondiale, le général Rommel avait une réputation de génie guerrier qui semait la terreur dans le camp adverse. Même lorsqu’il se trouvait en situation d’infériorité matérielle écrasante, des villes entières étaient évacuées à son approche.

 

Loi 3 : Déléguez aux autres tout le travail, mais prenez tout le crédit

Utilisez la compétence et la sagesse des autres personnes pour vous aider. Cette assistance vous permettra de gagner de l’énergie et du temps. Finalement, ceux qui vous ont aidés seront oubliés tandis que l’on se souviendra de vous.

Tout le monde connait Edison, mais peu connaissent Tesla, un scientifique de la même époque pourtant bien plus brillant. La raison : Edison embauchait les plus talentueux pour travailler pour lui, et prenait crédit de leurs inventions. Apprenez à exploiter les autres, et vous accumulerez pouvoir et argent. Trouver ceux qui ont les compétences qui vous manquent, et faites-les travailler pour vous. Les politiciens d’aujourd’hui font tous appel à des plumes pour écrire leur discours, tous simplement parce qu’ils ne sont pas de bons écrivains.

 

4ème loi du pouvoir : convainquez les autres par vos actions, pas par des mots

Dans le jeu du pouvoir, vous devez considérer les effets de vos actions sur le long terme. Le problème, lorsque vous argumentez oralement pour défendre votre point de vue, c’est que les autres personnes peuvent faire semblant d’être d’accord avec vous par politesse, tout en vous haïssant intérieurement. Le pouvoir de démontrer vos idées par des actions concrètes, c’est faire en sorte que les autres personnes ne se mettent pas sur la défensive, et soient donc plus facile à persuader.

Alors que Nikita Khrushchev critiquait les crimes de Staline, quelqu’un l interrompit en lui disant : « Vous étiez complice de Staline, pourquoi ne l’avez-vous pas arrêté ? ». Khrushchev répondit « Qui a dit cela ? ». Après plusieurs secondes de silence tendu, il dit « Maintenant vous savez pourquoi je ne me suis pas opposé à lui».

Cliquez-ici pour savoir comment atteindre l’indépendance financière.

Pour découvrir d’autres méthodes de manipulation, vous pouvez lire Influence et Manipulation de Robert Cialdini.

Pour découvrir notre formation, cliquez-ici.

transition salarié entrepreneur

La transition de salarié à entrepreneur

By | Entreprenariat | One Comment
Découvrez maintenant notre formation !

Cet article est un résumé du livre Escape from Cubicle Nations de Pamela Slim.

1) Ce travail de rêve qui devient une prison dorée

Beaucoup de cadres rencontrent ce problème. Chaque matin, lorsqu’ils partent au bureau, ils sont angoissés. Ils comptent le nombre d’années qui leur restent jusqu’à la retraite et se demandent : est-ce que je vais vraiment être obligé de continuer comme cela pendant 25 ans ? A supporter des supérieurs qui passent leur temps dans des luttes de pouvoir plutôt qu’à produire des résultats ? A devoir assister tous les jours à des réunions qui ne servent strictement à rien puisque l’on n’y prend jamais de décisions ? A devoir rester tard le soir même quand j’ai fait tout mon travail et que je me tourne les pouces, juste parce que partir trop tôt donnerait une mauvaise image ? A ce moment là, il est peut-être temps de réaliser une transition…

2) La culpabilité de ne pas être satisfait de son emploi stable

A ce moment-là, ils ressentent souvent une forte culpabilité de ne pas être satisfaits : « Quoi ? Tu as un emploi stable et mieux payé que 95 % des français, dans un pays où il y a 10 pourcent de taux de chômage ? Beaucoup de gens tueraient pour être à ta place, et tu oses tout de même te plaindre ? Qu’est ce qui ne va pas chez toi ? » Pour commencer, il faut prendre conscience qu’il n’y a aucun problème à ne pas être satisfait. Ce n’est pas parce que vous êtes dans une position que beaucoup de gens vous envient que celle-ci est réellement agréable. Certes, cet emploi stable est quelque chose que beaucoup n’ont pas, mais ce n’est pas pour cela qu’il ne détruit pas votre moral et votre santé.

3) La peur, l’émotion qui empêche la transition de salarie à entrepreneur

Ensuite arrive la peur. La peur de ce qui arriverait si l’on quittait cette prison dorée. On s’imagine déjà 6 mois plus tard ayant perdu tout son argent et se retrouvant dans la rue. Mieux vaut encore la prison dorée, pensent certains. Le problème, c’est que la peur excessive conduit très souvent à un comportement totalement irrationnel. Avant de déclarer que l’on perdra sa maison si l’on quitte son emploi, il faut d’abord regarder un peu ses comptes de plus près : se demander « Et si je créais une entreprise, combien d’argent pourrais-je me permettre d’y mettre ? » Et peut-être pourrait-on vendre quelque meubles et objets poussiéreux qui encombrent depuis des années ? Et même si l’entreprise ne marchait pas du tout, ne serait-il pas possible de retrouver du travail qui ferait rentrer de l’argent ? Même s’il s’agit de missions courtes en tant que freelance, plutôt qu’un emploi stable dans une entreprise du Cac 40, ce qui peut constituer en soi une bonne transition.

4) Le plus grand risque, c’est de n’en prendre aucun

Parfois, à essayer à tout prix d’éviter le moindre petit risque, on prend en fait la position la plus risquée : celle de passer toute sa vie à éviter de réaliser les choses dont on rêve, simplement à cause de peurs et d’angoisses exagérées. Et comme de plus en plus de gens s’en aperçoivent d’une manière désagréable, une grande partie de ces emplois considérés comme « stables » et « sans risque » peuvent disparaître du jour au lendemain, à une époque où entreprises et industries passent leur temps à être bouleversées.

Le choix le plus difficile à faire dans la vie, ce n’est pas celui de la carrière professionnelle, du métier ou de l’entreprise. De toute façon, très peu de gens aujourd’hui travaillent encore toute leur vie dans exactement le même domaine. Non, le choix le plus important, c’est les moments où il faut arrêter de trop s’inquiéter et accepter de prendre certains risques mesurés, la sûreté totale n’existant de toute façon pas. Et mieux vaut changer dans une transition tranquille plutôt que par obligation d’urgence.

Cliquez-ici pour lire mon article sur un hack pour réaliser ses rêves.

Découvrez maintenant notre formation !
épargne

Les lois basiques de l’épargne personnelle

By | Epargne personnelle | 2 Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1) La différence entre investir et spéculer

Beaucoup d’investisseurs ont un problème : ils spéculent leur précieuse épargne alors qu’ils pensent investir. La différence entre les deux est très simple : lorsque l’on investit, on accepte le retour que procure en général le marché. Lorsque l’on spécule, on cherche à faire mieux que le marché, en essayant de faire des prédictions. Ce que les conseillers financiers appellent souvent « investissement sûr », c’est juste de la spéculation.

Vous investissez lorsque :

  • vous achetez des actions les plus diversifiées possible pour le long terme
  • vous avez des investissements diversifiés pour que quel que soit l’état de l’économie, vous n’ayez pas à vous angoisser.

Vous spéculez quand :

  • vous passez votre temps à acheter et à revendre des actions selon vos prédictions du moment sur le futur de la bourse
  • vous essayez de prédire l’économie future pour savoir dans quels secteurs investir.
  • Méfiez-vous lorsque vous confiez la gestion de votre argent à d’autres

Nous vivons dans un monde très incertain, où le futur est impossible à prédire. Si demain quelqu’un prétend qu’avec quelques formules mathématiques ou avec son instinct magique il possède des dons de prédiction, vous le prendriez pour un charlatan. Et bien, il y a beaucoup de charlatans dans le monde de la finance. Si vous souhaitez trouver des gens qui vous promettent de transformer votre maigre épargne en fortune car ils sauraient prédire l’évolution de la bourse, vous avez l’embarras du choix. Vous avez juste à regarder la communication de tous ces fonds d’investissement ou de ces conseillers financiers indépendants. Mais la vérité est que quiconque prétendant savoir à coup sûr quelles actions vont monter et lesquelles vont descendre dans les deux semaines suivantes est un menteur. S’il en était vraiment capable, à l’heure qu’il est, il serait multimilliardaire, pas à essayer de vendre ses services à 10 000 euros. Ne confiez pas votre épargne à des pigeons !

2) Faites seulement des investissements que vous comprenez

Cela semble peut-être la règle la plus évidente. Le monde de la finance regorge de types d’investissement ultra-complexes impossibles à comprendre pour le commun des mortels. La règle d’or est : n’investissez que lorsque vous comprenez comment cela marche. Si, malgré la partie 2, vous confiez votre argent à un fond d’investissement, et que celle-ci utilise des méthodes d’investissement incompréhensibles pour vous, retirez votre argent. Si tout le monde appliquait cette règle, Bernard Madoff n’aurait jamais pu monter sa supercherie. N’hésitez pas à regarder le film « The Wizard of Lies » sur ce dernier : cela vous incitera à toujours vérifier de manière claire ce que l’on fait avec votre argent durement gagné.

3) Diminuez le risque de perdre votre épargne

Pour un investisseur « normal » (quelqu’un ayant moins de 1 million d’euros d’épargne net), voici une méthode simple pour diviser les risques. Placez un quart de votre argent dans un fond indiciel boursier, un quart en or, un quart sur votre compte bancaire et un quart en titre de dette d’un pays sûr.

4) Spéculez uniquement avec de l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre

Malgré la connaissance du fait que 95 pourcent des fonds spéculateurs (ceux comme dans les films avec les traders scotchés à leur écran 12 heures par jour pour suivre la bourse) obtiennent des performances inférieures à celle du marché lui-même, peut-être désirez-vous tout de même essayer de spéculer. Aucun problème, à condition que vous ne mélangiez pas cela avec vos investissements, et que vous soyez préparé psychologiquement à perdre tout l’argent spéculé. Posez-vous la question : « si je perdais toute l’argent utilisée pour ça, est-ce que je serais obligé de baisser immédiatement mon niveau de vie et/ou de renoncer à certains rêves ?

Cliquez-ici pour savoir ce que les riches apprennent à leurs enfants au sujet de l’argent. Pour plus d’informations, vous pouvez lire Fail-Safe Investing de Harry Browne.

Découvrez maintenant notre formation !
vendre

Vendre, Vendre et Vendre !

By | Vente/marketing | One Comment
Découvrez maintenant notre formation !

1) Consacrez la majorité de votre temps et de votre énergie à la vente !

Tant que vous n’avez pas réussi à vendre votre produit, celui-ci ne représente qu’une dépense reposant sur une hypothèse non testée. Pour cela, au début de votre création d’entreprise, une grande partie de votre travail doit consister à promouvoir vos produits. Beaucoup de gens très bons techniquement échouent durant leur création d’entreprise car ils considèrent la vente comme quelque chose de secondaire. Ils s’attachent au proverbe « Si votre produit est bon, il se vendra tous seul ». Mais pourquoi la vente est donc si méprisée ? Beaucoup de chefs d’entreprise semblent considérer que cela est quelque chose d’en dessous d’eux. Michael Ellsberg, dans son livre L’éducation des millionnaires, remarqua que sur les centaines de cours qu’offre la Harvard Business School, on n’en trouve pas un seul qui traite de la vente. Alors que savoir vendre est pourtant une nécessité primaire si l’on ne veut pas faire faillite au bout d’un an. Masterson, auteur célèbre de livres d’entreprenariat, raconte une expérience qui lui est arrivée durant la création de sa première entreprise. Un de ses mentors l’a appelé un soir et lui a dit « Alors, tu as essayé de vendre tes bières aujourd’hui ?

– Non, j’ai passé la journée à installer un système informatique pour gérer les stocks,

– Tu sais, rétorqua le mentor, durant toute ma carrière, je n’ai jamais vu une seule entreprise faire faillite parce qu’elle n’avait pas installé assez tôt un système de gestion des stocks. En revanche, j’en ai vu beaucoup échouer car les ventes étaient tout simplement insuffisantes. Je t’assure que tu auras tout le temps nécessaire pour organiser ton système informatique lorsque tu auras des ventes. Mais pour l’instant, ta priorité, c’est d’aller rencontrer des gens et de les convaincre de t’acheter des choses. »

La leçon de son mentor lui a servi durant toute sa vie, et il l’a transmise à beaucoup d’autres entrepreneurs.

Quand vous ouvrez un salon de coiffure ou une entreprise de service informatique (pour prendre des exemples très différents), vous n’êtes pas dans le business de la coiffure ou de l’informatique, mais dans le business de vendre des services de coiffure ou d’informatique.

Kiyosaki, gourou de la finance personnelle, rencontra une écrivaine de talent mais qui n’arrivait pas à vendre ses livres. Il lui conseilla de suivre un séminaire sur la vente. Celle-ci répondit : « Vous plaisantez ? Je suis diplômée en littérature, je ne vais pas m’abaisser à suivre des cours pour commerciaux ». Kiyosaki lui répondit qu’un livre à succès s’appelle un best-seller (ce qui signifie meilleure vente), pas un « best-writer ». Si cette personne voulait que ses livres soient des succès, il ne suffisait pas qu’elle soit bonne écrivaine, il fallait qu’elle soit capable de les vendre.

2) Très bien, mais donc à quel niveau de perfection puis-je commencer à vendre mon produit ?

Pour faire simple, dès qu’il est à peu près présentable. Le fondateur de Linkedin expliqua « Si vous lancez votre premier produit sans en avoir honte, c’est que vous l’avez lancé trop tard ». Masterson, le gourou de la vente, conseille quelque chose de contre intuitif : lancez un prototype de votre produit sur le marché. S’il marche, améliorez-le, s’il ne marche pas supprimez le. Pourquoi ? Si votre idée montre des signes prometteurs, il est rentable de la perfectionner. Si elle ne marche pas, toutes les améliorations possibles du monde ne serviront à rien.

Bien évidemment, tous cela est à relativiser avec un peu de bon sens en fonction des industries. Si demain vous souhaitez lancer une chaîne d’hôtels de luxe, vous n’allez pas commencer par offrir des chambres et un service tout juste corrects, puis améliorer le tout après !

Cliquez-ici pour lire mon article sur le Lean-Startup.

Découvrez maintenant notre formation !