was successfully added to your cart.
Category

Entreprenariat

école de commerce

3 choses dangereuses que l’on apprend en école de commerce

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

Cet article sur les choses fausses que l’0n apprend en école de commerce est tiré de Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études d’Olivier Roland.

1) Les beaux business plans et les études de marché de 40 pages enseignés par les professeurs sont totalement inutiles

Eric Ries ne mâche pas ses mots. Il est le fondateur d’une startup revendue plusieurs millions de dollars et auteur du bestseller Le Lean Startup. Son opinion sur tous les beaux papiers que l’on apprend à rédiger en école de commerce, comme les business plans et les études de marché approfondies, est très claire : cela ne sert à rien. Dans ce monde aussi compliqué que le nôtre, le magnifique business plan avec des pages de données statistiques qui a mis des mois à être rédigé se révèlera souvent complètement inutile dès les premiers lancements. Il y a une citation anonyme sur internet qui dit : « le business plan vaut 1, le produit vaut 10 et les premiers clients valent 100 ». De même pour les études de marché où l’on fait une segmentation détaillée de la cible du produit. La vérité, malheureusement, c’est que c’est généralement après avoir lancé son produit que l’on découvre quels types de personnes sont intéressés, et pas avant. Par exemple, Olivier Roland est un célèbre blogueur qui vend des formations en entreprenariat. Initialement, il avait lancé des campagnes pour promouvoir ses formations payantes auprès de jeunes non diplômés. Mais il s’est vite rendu compte que ses produits séduisaient plutôt des cadres surmenés rêvant de changer de vie, et il a donc changé sa communication en conséquence.

2) Méfiez-vous de tous ces professeurs devins qui pensent prédire à coup sûr le succès ou l’échec de votre idée !

Michael Porter est un petit peu le dieu de toute la science du management. Professeur pendant longtemps à la Harvard Business School, il passe son temps dans la presse à prétendre détenir les solutions miracles pour faire marcher n’importe quelle entreprise. Mais les rêves et la réalité coïncident rarement. En-effet, petit tache d’encre : la propre entreprise de consulting dirigée par Porter a fait faillite de manière spectaculaire il y a quelques années. La morale de l’histoire, c’est qu’il ne faut pas tenir compte de tous les avis des mentors qui vont parier à coup sûr que votre entreprise échouera. Les très bons livres de management donnent tous des stratégies dont s’inspirer pour augmenter les chances de succès de votre entreprise. Mais ils ne disent pas « Votre idée doit avoir ces 15 caractéristiques très précises, il faut que vous lanciez votre entreprise exactement à cette période de votre vie, avec au minimum X associés et Y sommes d’argent ». Ces auteurs, contrairement à Michael Porter, ne sont pas là pour jouer aux devins. Et ils n’enseignent pas en école de commerce.

3) Dernière chose fausse enseignée en école de commerce : « Plus une entreprise est grosse et complexe, mieux c’est »

La grande mode depuis 50 ans, dans les écoles de commerce, c’est d’enseigner à faire fusionner les entreprises pour les faire grandir. Et c’est exactement ce que font souvent les nombreux patrons diplômés de Master in Business Administration : passer leur temps à grouper des grandes entreprises déjà immenses. Par exemple, il y a deux ans, deux groupes hôteliers dans le top 10 mondial, Marriott et Starwood, ont fusionné. Ces immenses transactions sont sûrement impressionnantes, et enrichissent beaucoup les banques qui les organisent, mais laissons parler les statistiques. D’après une étude réalisée sur une période de plusieurs années, seules 10 % de ces transactions ont des résultats positifs. La raison : organiser la fusion de deux géants coûte d’énormes sommes d’argent et crée des désordres d’organisations immenses au sein des deux entreprises.

Cliquez-ici pour lire mon article sur les 5 savoirs à retenir du fondateur de Mac Donald.

Pour approfondir, vous pouvez lire Tout le monde n’a pas eu la chance de rater ses études d’Olivier Roland.

Découvrez maintenant notre formation !
Ray Kroc

5 leçons entrepreneuriales à retenir du fondateur de MacDonald´s, Ray Kroc

By | Entreprenariat | 3 Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1) L’importance de l’auto-éducation

Ray Kroc n’obtint jamais un seul diplôme d’une université, mais il était en revanche un autodidacte fanatique. Durant toute sa vie, il apprit rapidement sur le tas tous les savoirs dont il avait besoin pour ses divers emplois. C’était un lecteur avide de livres pratico-pratiques, que ce soit sur la vente, le marketing ou l’entreprenariat. Alors qu’il était commercial et qu’il voyageait à travers tous les Etats-Unis, il passait ses soirées dans sa chambre de motel à écouter des cassettes sur le développement personnel et le pouvoir de la motivation. Ray Kroc considérait que le savoir était le pouvoir, et que sa soif d’apprentissage allait finir par payer. Pour lui, apprendre n’était pas quelque chose de réservé aux jeunes, mais un processus continu tout au long de la vie. Il appliqua à la perfection la citation de Mark Twain « Je n’ai jamais laissé l’école se mettre en travers de mon éducation ». Après tout, si vous achetez un livre à 15 euros et y trouvez une seule bonne idée pour votre entreprise que vous appliquez, vous venez juste de réaliser le meilleur investissement de votre vie.

 

Cliquez-ici pour découvrir comment s’auto-éduquer.

2) L’importance d’établir des procédures précises pour manager une entreprise

Les frères McDonald avaient essayé de développer des franchises de leur restaurant, mais ils se heurtèrent à un obstacle de taille qui se résume en deux mots « contrôle et qualité ». En-effet, dès qu’ils n’étaient pas là pour surveiller les opérations du restaurant, tout se passait mal. La propreté laissait à désirer, les frites étaient servies froides et les clients attendaient une éternité. Ray Kroc trouva la solution : établir un système de management avec des procédures très strictes qui décrivent exactement comment gérer le restaurant dans tous les détails. De comment faire le ménage à la mise en place juste avant le service. En plus, chaque futur manager doit être « formaté » aux standards de la chaîne. Encore aujourd’hui, MacDonald’s possède aux 4 coins du monde des centres de formation où tous les futurs encadreurs se font répéter inlassablement tous les standards du groupe. Cette leçon peut être utilisée pour beaucoup d’autres domaines que la restauration. Et même si vous ne souhaitez pas augmenter la taille de votre entreprise, avoir des procédures précises permet d’éviter que vous ayez sans cesse besoin d’être sur le qui-vive pour que tout fonctionne.

3) « Je ne suis pas dans le business des hamburgers, je suis dans le business de l’immobilier »

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, MacDonald´s ne fait pas de l’argent en vendant du hamburger. Du moins, pas directement. Presque tous les restaurants de la marque sont des franchises, ce qui signifie que quelqu’un d’autre possède le restaurant en lui-même. En-revanche, MacDonald´s possède quasiment toujours le local du restaurant, et le loue à prix onéreux à ses franchiseurs. La principale activité depuis les sièges de l’entreprise est de chercher en permanence à travers le monde les meilleurs emplacements dont il faut s´emparer. Au tout début, l’entreprise gérait elle-même ses restaurants, mais elle était au bord de la faillite. C’est à ce moment-là que Ray Kroc commença le modèle que je viens de décrire. Ce que tout cela signifie, très simplement, c’est que si demain vous ouvrez un MacDonald´s, vous prendrez l’essentiel des risques tandis que le groupe aura la majorité des bénéfices, ce qui lui donne une rente formidable. Pas mal de chaînes se sont depuis inspirées de MacDonald´s et appliquent une stratégie similaire.  

Cliquez-ici pour découvrir comment faire grandir de manière exponentielle votre entreprise.

4) Profiter des informations que l’on est les seuls à connaître pour faire des affaires extraordinaires

Juste avant de fonder MacDonald´s, Ray Kroc était commercial. Et que vendait-il ? Des machines de milkshakes ! Malheureusement pour lui, à ce moment-là, beaucoup de restaurants souffraient de difficultés financières, et ces machines se vendaient en très faible quantité. Quel ne fut pas sa surprise lorsqu’il reçut un jour une commande d’un restaurant qui demandait à se faire livrer un nombre important de ces appareils pour faire des milkshakes. Il fut si étonné qu’il rappela pour être certain qu’il ne s’agissait pas d’une erreur. Ce restaurant s’appelait MacDonald´s. C’est alors que Kroc réalisa qu’il y avait sans doute une affaire exceptionnelle à faire. Il alla visiter le restaurant des frères MacDonald et identifia immédiatement une mine d´or. A tel point qu´il demanda presque immédiatement à les voir. Il racheta progressivement le tout, et la suite de l´histoire, vous la connaissez. La morale qu´il faut retenir, c´est que dans pas mal de professions, ou par vos relations personnelles, vous pouvez parfois avoir des informations sur une tendance ou sur une futur mine d´or avant les autres. Bien sûr, presque par définition, le nombre d´affaires exceptionnelles est rare, mais c´est une raison pour garder toujours un œil en alerte sur ce que vous voyez autour de vous.

5) Dernière leçon de Ray Kroc, il n’est jamais trop tard pour se lancer

Cliquez-ici pour savoir comment arrêter de procrastiner et réaliser vos rêves.

Ray Kroc possède un trait atypique qui le distingue de pas mal d´autres entrepreneurs célèbres : son succès exceptionnel survient très tard. Pensez-donc : ce n´est qu´à l´âge de 58 ans qu´il racheta MacDonald´s. Jusque-là, il était juste une personne appartenant à la classe moyenne, ayant eu une vie sans grand-chose de spécial, et un peu moqué par toutes ses connaissances pour toutes ses tentatives un petit peu ratées. Comme il le dit lui-même, il fonda un empire multinational à une période de la vie où la plupart des gens pensent plutôt à préparer très activement leur retraite. Tous ses précédents essais peu fructueux ne le découragèrent pas de racheter MacDonald´s car il avait compris que la seule manière de pouvoir obtenir quelque chose, c´est d´essayer. A ce moment-là, ses amis le découragèrent fortement d’entreprendre ce projet, mais il décida plutôt d´appliquer la devise : « Ne demande pas la permission pour le faire, fais-le ». Ce qui est intéressant, finalement, c´est que beaucoup de gens renoncent à essayer de faire des choses car ils ont peur que les autres se moquent d´eux si jamais-ils échouent. Mais qu´importe l´opinion que l´on a de vous ? La seule chose qui compte, c´est de trouver votre voie.

Pour approfondir, vous pouvez lire sa biographie.

Découvrez maintenant notre formation !
transition salarié entrepreneur

La transition de salarié à entrepreneur

By | Entreprenariat | One Comment
Découvrez maintenant notre formation !

Cet article est un résumé du livre Escape from Cubicle Nations de Pamela Slim.

1) Ce travail de rêve qui devient une prison dorée

Beaucoup de cadres rencontrent ce problème. Chaque matin, lorsqu’ils partent au bureau, ils sont angoissés. Ils comptent le nombre d’années qui leur restent jusqu’à la retraite et se demandent : est-ce que je vais vraiment être obligé de continuer comme cela pendant 25 ans ? A supporter des supérieurs qui passent leur temps dans des luttes de pouvoir plutôt qu’à produire des résultats ? A devoir assister tous les jours à des réunions qui ne servent strictement à rien puisque l’on n’y prend jamais de décisions ? A devoir rester tard le soir même quand j’ai fait tout mon travail et que je me tourne les pouces, juste parce que partir trop tôt donnerait une mauvaise image ? A ce moment là, il est peut-être temps de réaliser une transition…

2) La culpabilité de ne pas être satisfait de son emploi stable

A ce moment-là, ils ressentent souvent une forte culpabilité de ne pas être satisfaits : « Quoi ? Tu as un emploi stable et mieux payé que 95 % des français, dans un pays où il y a 10 pourcent de taux de chômage ? Beaucoup de gens tueraient pour être à ta place, et tu oses tout de même te plaindre ? Qu’est ce qui ne va pas chez toi ? » Pour commencer, il faut prendre conscience qu’il n’y a aucun problème à ne pas être satisfait. Ce n’est pas parce que vous êtes dans une position que beaucoup de gens vous envient que celle-ci est réellement agréable. Certes, cet emploi stable est quelque chose que beaucoup n’ont pas, mais ce n’est pas pour cela qu’il ne détruit pas votre moral et votre santé.

3) La peur, l’émotion qui empêche la transition de salarie à entrepreneur

Ensuite arrive la peur. La peur de ce qui arriverait si l’on quittait cette prison dorée. On s’imagine déjà 6 mois plus tard ayant perdu tout son argent et se retrouvant dans la rue. Mieux vaut encore la prison dorée, pensent certains. Le problème, c’est que la peur excessive conduit très souvent à un comportement totalement irrationnel. Avant de déclarer que l’on perdra sa maison si l’on quitte son emploi, il faut d’abord regarder un peu ses comptes de plus près : se demander « Et si je créais une entreprise, combien d’argent pourrais-je me permettre d’y mettre ? » Et peut-être pourrait-on vendre quelque meubles et objets poussiéreux qui encombrent depuis des années ? Et même si l’entreprise ne marchait pas du tout, ne serait-il pas possible de retrouver du travail qui ferait rentrer de l’argent ? Même s’il s’agit de missions courtes en tant que freelance, plutôt qu’un emploi stable dans une entreprise du Cac 40, ce qui peut constituer en soi une bonne transition.

4) Le plus grand risque, c’est de n’en prendre aucun

Parfois, à essayer à tout prix d’éviter le moindre petit risque, on prend en fait la position la plus risquée : celle de passer toute sa vie à éviter de réaliser les choses dont on rêve, simplement à cause de peurs et d’angoisses exagérées. Et comme de plus en plus de gens s’en aperçoivent d’une manière désagréable, une grande partie de ces emplois considérés comme « stables » et « sans risque » peuvent disparaître du jour au lendemain, à une époque où entreprises et industries passent leur temps à être bouleversées.

Le choix le plus difficile à faire dans la vie, ce n’est pas celui de la carrière professionnelle, du métier ou de l’entreprise. De toute façon, très peu de gens aujourd’hui travaillent encore toute leur vie dans exactement le même domaine. Non, le choix le plus important, c’est les moments où il faut arrêter de trop s’inquiéter et accepter de prendre certains risques mesurés, la sûreté totale n’existant de toute façon pas. Et mieux vaut changer dans une transition tranquille plutôt que par obligation d’urgence.

Cliquez-ici pour lire mon article sur un hack pour réaliser ses rêves.

Découvrez maintenant notre formation !
personne importante

Comment obtenir des services d’une personne importante

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1) Vous souhaitez obtenir un service d’une personne beaucoup plus importante que vous ? Voici ce qu’il ne faut pas faire.

Dans le monde des affaires, les gens importants sont très sollicités. Je parle en particulier des entrepreneurs célèbres et des auteurs de best-sellers. Ils reçoivent parfois 10 invitations sur Linkedin (réseau social professionnel) tous les jours, en plus de 5 emails de la part d’anciens de leur école. Et la plupart des gens les sollicitent pour leur demander un service, du type : « Accepteriez-vous de discuter une heure avec moi pour répondre à mes questions ? (Traduction : pourrais-je utiliser gratuitement votre cerveau pendant une heure ?) ».  Autant vous dire qu’étant généralement très occupé et ayant beaucoup de choses à faire, ils ignorent 99.999 pourcent de ces messages. Maintenant, nous allons voir ce qu’il faut faire pour obtenir un service d’une personne importante.

2) Vous voulez quelque chose ? Donnez-en une autre en échange.

Le meilleur moyen pour qu’une personne importante accepte de vous aider, c’est de l’aider en échange. Vous allez tous de suite me dire : mais, comment peut-on apporter de la valeur à quelqu’un qui ne joue tout simplement pas dans la même cour que nous ? Comment pouvons-nous, nous tous dont le succès est encore ordinaire, nous rendre vraiment utile auprès d’un entrepreneur ou d’un homme d’affaire hors du commun ? Tous d’abord, rappelez-vous que même les gens ayant remporté des succès extraordinaires vont souvent avoir beaucoup de domaines où ils n’excellent pas, voire où ils sont médiocres. Un génie de l’informatique peut très bien être complètement désemparé dès qu’il faut vendre son produit à d’autres personnes. On sait que l’argent n’apporte pas forcément le bonheur, et que beaucoup d’hommes très riches souffrent de dépression et de graves disputes familiales… Voilà un domaine sur lequel vous pouvez éventuellement donner vos conseils en échange d’un service. Mais surtout, le point le plus important, c’est que beaucoup de personnes qui connaissent un succès exceptionnel ont envie de prendre un peu de repos et de déléguer une partie du travail. Laissez-moi vous expliquer cela en détail avec un exemple personnel.

3) Comment j’ai réussi à obtenir un service d’une personne importante : un blogueur célèbre

Pour ceux qui ne connaissent pas, Olivier Roland est un blogueur dont le site principal reçoit plus de 2000 visites journalières et a 50 000 abonnés. Je rêvais d’avoir sur le site d’Olivier Roland un lien vers mon blog. Mais si je lui avais envoyé un email pour lui dire « Bonjour Monsieur, vous accepteriez de parler de mon blog sur votre site ? », je vous laisse imaginer sa réponse. Non, la tactique que j’ai utilisée a été d’écrire un article invité pour lui. Le principe ? Je lui écris du contenu de qualité qu’il poste sur son blog, et en échange, il met plusieurs liens vers mon blog dans l’article en expliquant que j’en suis l’auteur. Ce fut le point déclencheur pour que ce blog ait ses premières visites et commence à être référencé par Google. Pour que son blog garde sa place dans les moteurs de recherche Google, même Olivier Roland a besoin de continuer à poster du contenu. Mais cela demande beaucoup de temps, alors que ce dernier cherche à travailler le moins possible. En me permettant d’écrire pour lui, l’accord est gagnant-gagnant : je reçois des visiteurs sur mon site et gagne la fierté d’avoir mon contenu lu par plus de 6000 personnes, tandis que je lui fais gagner les heures de travail qu’il aurait dû consacrer pour écrire lui-même l’article.

Cliquez-ici pour savoir comment attirer un minimum de trafic sur son blog lorsque l’on débute.

Pour plus d’informations, vous pouvez lire The Education of Millionaires.

Découvrez maintenant notre formation !

Comment avoir une entreprise qui cartonne tout en voyageant, les secrets d´Olivier Roland

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez notre formation maintenant !

Olivier Roland est un blogueur en entreprenariat et en développement personnel. Aujourd’hui, je vous présente une de ses vidéos où il raconte comment il gère son entreprise tout en voyageant plus de 6 mois par an. Ses secrets : délégation, efficacité et simplicité.

Olivier Roland

Découvrez notre formation maintenant !

Cliquez-ici pour savoir comment gagner l´indépendance financière en vivant dans un pays très peu cher.

Wordpress

Comment WordPress révolutionne l´entreprenariat sur internet

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez nos formations !

1) Créer son site internet en ne connaissant rien à l´informatique

Le monde de la création de sites web est désormais ouvert aux entrepreneurs qui ne savent pas écrire une ligne de code. Le mot miracle ? WordPress, évidemment. Décrit en anglais sous le terme barbare de Content Management System (CMS), il s´agit d´un logiciel entièrement gratuit que n´importe qui peut apprendre avec un peu de motivation et de temps. Si jamais vous souhaitez vous lancer dans l´entreprenariat digital et que vous ne savez pas programmer un site, utiliser WordPress plutôt que de payer un développeur comporte plusieurs avantages. Premièrement, par les temps qui courent, les bons développeurs sont très chers et peu disponibles. Deuxièmement, les arnaques ainsi que les dépassements des frais et délais définis sont fréquents. Et enfin, le plus gros problème est que l´on découvre souvent après avoir déboursé 10 000 euros que le site obtenu est moche et ne correspond pas du tout à ce que l´on voulait. Et oui, visualiser l´apparence sur papier de son futur site n´est pas chose aisée. A ce moment-là, beaucoup d´entrepreneurs se retrouvent complètement bloqués, ne pouvant pas excéder leur frais. En faisant votre site vous-même avec WordPress, non seulement vous visualisez concrètement votre projet au fur et à mesure, mais vous pouvez changer totalement de design en quelques minutes quand vous le souhaitez.

2) Un budget bien inférieur même si vous sous-traitez

Si vous décidez malgré tout de ne pas vous occuper vous-même de la création de votre site mais de payer quelqu´un pour le faire, acheter un site WordPress coûte beaucoup moins cher qu´un équivalent codé à la main, pour un résultat qui sera pourtant identique du point de vue des utilisateurs. Et la différence est loin d´être minime : comptez bien 10 000 euros pour un site « traditionnel » contre 1000 euros pour celui fait avec WordPress. Bien entendu, ces chiffres sont très variables étant donné la variabilité des tarifs, mais vous avez compris l´idée.

3) Mais jusqu´où peut-on aller avec WordPress ?

Même si vous avez besoin pour votre entreprise d´un site très compliqué, rassurez-vous : à peu près tout est possible avec WordPress, notamment grâce à ses nombreuses extensions gratuites ou payantes. Que vous souhaitiez mettre en place des systèmes de payement, des icônes de capture d´email ou bien un forum où les utilisateurs peuvent interagir, vous trouverez forcément votre bonheur.

4) Par où commencer ?

Si vous souhaitez avoir une adresse personnalisée pour votre site, il vous faut un hébergeur. OVH est bien car il permet facilement de mettre WordPress pour gérer votre site. Comptez dans les quelques dizaines d´euros par an pour l´hébergement de votre adresse. Ensuite, sur WordPress, vous devez choisir un thème. Si vous avez pour projet d’utiliser votre site pour un certain temps, je vous conseille d´investir quelques dizaines d´euros dans Salient, un thème payant qui offre beaucoup plus de capacités que les thèmes gratuits. Une extension gratuite indispensable : Yoast SEO. Pour chaque page que vous écrivez, celle-ci vous donne des recommandations pour optimiser sa place dans les résultats de recherche Google.

Cliquez-ici pour savoir comment attirer du traffic sur son blog lorsque l´on débute.

Découvrez nos formations !
entrepreneurs piège

Beaucoup d’entrepreneurs tombent dans cette erreur…

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1) Chef d’entreprise ou employé ?

Aujourd’hui, on répète souvent que les bons entrepreneurs et chefs d’entreprise sont ceux qui se salissent les mains, c’est-à-dire qu’il doit mettre les mains à la pâte. Dans une certaine mesure, cela est vrai. Les PDG d’EDF ou de la SNCF sont parfois si déconnectés de la réalité que cela ne leur ferait probablement pas de mal de travailler un mois à l’entretien des wagons. Mais blague à part, attention. Le problème est que beaucoup d’entrepreneurs, à trop mettre la main à la pâte, en oublient leur rôle et leur responsabilité. Un observateur extérieur qui ferait une visite serait incapable de les différencier de leurs salariés. Cela signifie qu’il n’y a aucune autorité au sein de l’entreprise, ou pire, qu’un employé est devenu le patron officieux pour combler l’absence du chef officiel. Bien évidemment, pour des gens de caractère plutôt timide, qui sont en plus habitués à travailler pour d’autres, la transition lorsqu’ils créent leur entreprise peut être difficile. Si vous appartenez à cette catégorie, vous pourrez trouver utile de lire The elements of great managing de Rodd Wagner. N’oubliez pas qu’une entreprise n’est pas un organisme de charité mais une organisation qui a besoin d’argent pour survivre, et que votre premier but est que vos salariés fassent leur travail de manière efficace. Vous êtes leur chef avant d’être leur ami.

2) Travailler dans son entreprise ou bien sur son entreprise ?

Michael Gerber, dans son livre The E-Myth, raconte pourquoi la plupart des petites entreprises ont beaucoup de difficulté à gagner de l’argent. La raison est selon lui très simple : la plupart des entrepreneurs sont tellement absorbés dans la routine de la gestion quotidienne des tâches pour faire fonctionner le système qu’ils en oublient de prendre du recul. Ils ne prennent jamais du temps pour s’interroger sur ce qui pourrait être amélioré ou fait différemment. Dans un monde qui change aussi vite que le nôtre, cela explique pourquoi les anciennes entreprises ont une tendance à se faire tailler en pièces par des nouveaux compétiteurs. Au 21ème siècle, aucun secteur n’est épargné : soit vous êtes prêts à changer régulièrement, soit vous mourrez. J’ai cherché, je n’ai trouvé aucune activité dans laquelle une activité crée 20 ans plus tôt sans aucun changement depuis ne serait pas complètement dépassée.

3) Par où les entrepreneurs doivent-ils commencer ?

Voici une liste de questions très basiques qui vous permettent de commencer à analyser votre entreprise : – quelle est la dépense moyenne par consommateur ? – combien de votre chiffre d’affaire est réalisé par les 20% de consommateurs qui consomment le plus ? – existe-t-il des secteurs de l’entreprise qui sont clairement en perte financière, et que vous avez maintenu uniquement pour ne pas licencier de salariés ? – avez-vous une politique pour essayer de faire revenir activement les gens qui ont consommé une première fois chez vous (que ce soit par email, par bons de réduction…) ? – combien de vos consommateurs en moyenne reviennent une seconde fois ? Pour approfondir, vous pouvez lire the E-Myth de Michael E. Gerber. Pour savoir comment faire grandir de manière exponentielle votre entreprise, cliquez-ici.     

trafic sur son blog

Attirer du trafic sur son blog lorsque l’on débute

By | Entreprenariat | One Comment
Découvrez maintenant notre formation !

Bonjour à tous ! Pour écrire cet article, je me suis basé sur ma propre expérience : comment j’ai réussi à passer d’un trafic quasiment nul à la création de mon blog à la visite d’une dizaine d’utilisateurs par jour.

1) Utiliser la Search Engine Optimisation

Cela semble logique, un bon moyen pour attirer des clients sur votre site est que celui-ci soit bien indexé par les moteurs de recherche. Au tout début, lorsque vos articles ne reçoivent presque pas de visites, ils seront généralement placés tout à la fin des résultats de recherche. Pour essayer de faire que votre site apparaisse plus souvent, il est nécessaire d’utiliser des techniques de SEO (Search Engine Optimization). Si vous avez créez votre site avec wordpress, il existe une excellente extension intitulée Yoast SEO, qui vous dit exactement quoi faire pour optimiser le placement de vos articles.

2) Publier des articles très régulièrement

Les moteurs de recherche avantagent beaucoup les sites qui reçoivent régulièrement du contenu supplémentaire. Par conséquent, au moins au début, je vous recommande de publier un article au minimum sur votre blog par semaine. C’est à ce moment-là que votre détermination va être mise à l’épreuve : il va falloir effectuer du travail régulier tout en sachant que les résultats en terme de trafic ne seront pas immédiats. Soyez patients : vos efforts finiront par payer après plusieurs mois. Si vous manquez d’idées d’articles à écrire, n’hésitez pas à fréquenter d’autres blogs pour vous inspirer et à lire beaucoup de livres en rapport avec votre sujet.

3) Utiliser les réseaux sociaux pour capter du trafic

Mettre vos articles sur Facebook prend très peu de temps supplémentaire et procure pourtant des résultats importants. En plus de les publier sur votre propre journal, pas mal de groupes permettent aux blogueurs de mettre sur leur page du contenu à condition qu’il soit en rapport avec le sujet. Cela est intéressant car vous pouvez ainsi cibler des gens qui ont de fortes probabilités d’être intéressé par votre sujet de publication. Alors que je n’avais pas de comptes Facebook avant de créer mon blog, j’ai réussi facilement à attirer un peu de traffic sur mon site.

4) Ecrire des articles invités

Et enfin, l’étape la plus importante : écrire des articles invités pour d’autres blogs. Qu’est-ce qu’un article invité ? Le principe est très simple : vous proposez à un autre blog de publier un article que vous avez écrit vous-même, et en échange du contenu que vous leur apportez, plusieurs liens seront mis dans cet article vers votre blog. Pour ma part, j’ai déjà écrit un article invité « Une seconde chance » sur le blog d’Olivier Roland Des Livre pour Changer de Vie. Ce site propose une procédure officielle pour tous les blogueurs qui souhaitent y écrire des articles invités. Si tous cela vous semble trop beau pour être vrai, sachez néanmoins qu’il y a une contrepartie : la rédaction d’un article invité demande beaucoup de travail, étant donné que ceux-ci doivent généralement avoir une taille très importante. En tout, j’ai bien du consacré pour mon article une bonne vingtaine d’heures.

5) Néanmoins, n’oubliez pas la qualité !

Attention de ne pas non plus tomber dans l’erreur que font beaucoup de blogueurs, et dans laquelle j’ai failli me faire avoir avant de lire les conseils d’autres personnes. Ce piège, il s’agit de trop préférer la quantité au détriment de la qualité, c’est-à-dire de publier à tour de bras des articles inintéressants juste pour mettre plus de contenus. Attirer des gens sur votre site, c’est très bien, mais si personne ne revient jamais, il va être très difficile de réussir à le monétiser. Cliquez-ici pour lire mon article sur les meilleurs moyens de gagner de l’argent sur internet. Pour en savoir plus, vous pouvez lire le livre d’Olivier Roland Vivez la vie de vos rêves grâce à votre blog.

Découvrez maintenant notre formation !
Ready fire aim, idée

Comment faire grandir de manière exponentielle votre entreprise

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1) Les 3 étapes à réussir pour une croissance exponentielle

La première étape est de transformer ce qui n’est qu’une idée abstraite en un produit qui fonctionne et qui rapporte de l’argent. Le plus difficile, c’est qu’au début, on est souvent un petit peu perdu, étant donné que l’on teste tout pour la première fois. La deuxième étape est celle où votre business commence à s’agrandir suffisamment pour que vous ne puissiez plus tout gérer tous seul. Vous devez commencer à déléguer une partie du travail à d’autres employés. Le plus difficile, c’est de faire en sorte que tout reste en ordre malgré la croissance rapide. La troisième étape, c’est de faire en sorte que votre entreprise fonctionne de manière autonome. Pour cela, il faut implanter des procédures précises.

2) La règle principale que beaucoup d’entrepreneurs oublient

Souvent, beaucoup de gens, lorsqu’ils créent une entreprise, passent beaucoup de temps à travailler sur le produit qu’ils proposent. Mais, ils dépensent beaucoup moins d’énergie à tout simplement essayer de vendre ce produit. Ce dont il faut tous le temps se souvenir, c’est que si l’on ne vend pas un produit, celui-ci est inutile, peu importe à quel point il est génial. Ce qui est conseillé : au-début, consacrez 80% du temps à la vente, et 20% du temps au reste. Malheureusement, beaucoup font l’inverse. La raison est peut-être que la vente est un domaine considéré comme peu glamour, et souvent déconsidérée par les business school et les écoles de commerce.

3) Pour augmenter vos chances, ayez plusieurs cordes à votre arc et ne vous basez pas que sur une seule idée

Si vous basez toutes vos espérances sur une seule idée et un seul produit, vous prenez des risques importants. Restez ouvert d’esprit, et si une de vos idées ne fonctionne pas, changez-la. Se tromper n’a rien de grave du moment que l’on sait le reconnaître rapidement et pivoter avant que les conséquences soient vraiment néfastes. De plus, certains de vos produits peuvent réaliser des ventes incroyables pendant plusieurs mois, puis avoir épuisé la plupart du marché et ne plus vous rapporter que de maigres sommes d’argent. En ayant des produits de rechange, vous pouvez vous assurer un revenu plus durable et plus sûr. Enfin, en testant beaucoup d’idées différentes, vous augmentez la probabilité de tomber sur celle qui aura des résultats vraiment exceptionnels.

4) Les priorités secondaires dont il faut s’occuper

Sur quoi devez-vous travailler durant les 20% de votre temps où vous ne vous occupez pas de la vente ? Et bien tous d’abord à l’apprentissage. Vous devez lire des livres de business, assister à des conférences, et poser des questions à des mentors. N’hésitez pas à contacter des gens très importants pour leur demander leur avis. Ensuite, consacrez des moments pour aider vos employés à effectuer un meilleur travail. Enfin, définissez des buts et des défis pour votre entreprise, et regardez vers l’avenir.   Pour approfondir, vous pouvez lire le livre Ready, Fire, Aim de Michael Masterson.   Cliquez-ici pour lire mon article sur le Lean-Startup.

Découvrez maintenant notre formation !
créer entreprise argent

Comment créer une entreprise presque sans argent

By | Entreprenariat | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1)Le problème récurrent : où trouver l’argent ?

Beaucoup de gens rêvent de posséder leur propre entreprise. Et on les comprend ! Après tous, les avantages comparés au salariat sont nombreux. Des horaires flexibles, n’avoir aucun supérieur qui vous donne des ordres, mais surtout, le sentiment d’accomplir quelque chose et d’avoir trouvé sa voie. Ce feu sacré qui brûle au sein de chaque entrepreneur donne un sens à la vie. Malheureusement, pour beaucoup, le rêve demeure irréalisé. En-effet, lorsque l’on a toujours travaillé pour les autres, créer une entreprise peut paraître comme une tâche impressionnante et presque irréalisable, jonchée d’obstacles. Et le premier : comment trouver l’argent nécessaire au lancement de mon activité?

2)Pour pouvoir créer votre entreprise, contournez donc ce problème !

Lorsque vous vous trouvez face à un obstacle physique, comme une falaise, vous ne le forcez pas. Vous le contournez. Je vais donc vous proposer, plutôt que de chercher désespérément des financements pour votre entreprise, de la créer (presque) sans argent. A ce moment de l’article, vous allez sans doute vous dire : « il est bien gentil, ce blogueur, et son article est sympa, mais dans la vraie vie, comment peut-on créer une activité avec presque aucune ressource ? » Nous allons voir cela tous de suite. Tout d’abord, comme nous cherchons à avoir besoin du moins possible d’argent, oubliez tous de suite des idées qui nécessitent un point de vente physique. Non, le meilleur moyen de se lancer avec très peu de moyens, c’est d’utiliser internet. Pour cela, passons en revue toutes les options possibles.

3)Les trois méthodes principales lorsque l’on a très peu d’argent

-Créer un blog : si vous possédez des talents d’écriture naturels, vous pouvez sérieusement envisager cette possibilité. Néanmoins, attention : il est presque impossible pour un blog de réaliser des revenus dès le début. Il faut au minimum compter 6 mois pour avoir un trafic raisonnable et commencer l’étape de monétisation. De plus, pour le moment, le marché francophone n’est pas encore trop saturé (comparé à l’anglophone). Néanmoins, cela changera probablement dans les années à venir, où la concurrence risque d’aller en s’amplifiant. -Travailler comme indépendant pour d’autres entreprises uniquement sur internet : aujourd’hui, des sites comme Upwork permettent de réaliser pour des entreprises des missions payées, des ressources humaines en passant par l’informatique. L’inconvénient est que beaucoup de freelances qui y proposent des missions sont basés dans des pays très peu chers, et donc peuvent offrir des tarifs très bas. Néanmoins, vous pouvez réussir à obtenir un très bon prix pour vos services, mais pour cela il faudra vous établir une solide réputation de personnes très compétentes.  De plus, une entreprise comme celle-ci où vous vendez uniquement votre force de travail a peu de chance de pouvoir grandir. -Le E-Commerce : aujourd’hui, il est impossible de se lancer dans la vente sur internet en proposant des produits classiques. Ce qui peut toujours se faire, en revanche, c’est de trouver un marché de niche encore peu exploité et de devenir la référence pour ce marché. Pour trouver une idée, le meilleur moyen est de regarder dans les domaines que vous connaissez bien. Pour approfondir, je vous recommande How to make millions with your ideas de Dan Kennedy. Cliquez-ici pour lire mon article sur le Lean-Startup.

Découvrez maintenant notre formation !