was successfully added to your cart.
Category

Développement personnel

manipulation

Les techniques de manipulation que l’on emploie contre vous

By | Développement personnel | No Comments

1) La preuve sociale, où la logique « Si les autres le pensent, cela doit être vrai »

Le sénat des Etats-Unis décida un jour de lancer une campagne de prévention contre la drogue, qui coûta plus d’un milliard de dollars. Partout dans le pays, les adolescents voyaient des histoires de personnes dont la vie fut détruite à cause de la drogue. Devinez quelle fut la conséquence de cette campagne ? La consommation de drogues chez les jeunes augmenta. Pourquoi ? A cause du principe de la preuve sociale. Consciemment ou inconsciemment, nous appliquons souvent dans notre cerveau la logique suivante : « Si beaucoup d’êtres humains font une action X, alors cela signifie que je devrais aussi faire cette action X ». Les adolescents américains découvraient à cause de cette campagne que beaucoup de personnes étaient « accros » à la drogue. Beaucoup se sont donc mis à prendre de la drogue puisque « beaucoup le font ». Mais se moquer de la stupidité des jeunes américains n’est pas très judicieux, car beaucoup d’études suggèrent que le principe de la preuve sociale est à peu près universel, quel que soit l’âge et le pays. Pour donner un autre exemple, lorsqu’un suicide est fortement médiatisé par la presse, le nombre de suicides dans la population a tendance à fortement augmenter. Voici un exemple terrifiant de manipulation psychologique.

2) Le principe de la dissonance cognitive, où comment nous modifions notre perception de la réalité pour donner une cohérence à nos actes

Personne n’aime avoir tort. Cela est normal. Mais le problème est que cela nous conduit parfois à modifier notre mémoire d’une manière incroyable, afin de rester convaincu que nous avons raison. Par exemple, honnêtement, cela ne vous est-il jamais arrivé de prédire que tel homme politique allait gagner une élection, puis, que s’il perde, vous vous auto-persuadiez d’avoir toujours prédit sa défaite ? Ce principe nous incite aussi à un biais dans la sélection des informations. Si une célébrité que nous apprécions se trouve au cœur d’un scandale de corruption, nous lui trouverons toutes les excuses possibles. Cependant, si nous la détestons, nous ignorerons toutes les preuves possibles en faveur de son innocence.

3) La réciprocité « Je te donne, tu dois me donner en échange », la technique de manipulation des commerciaux

Hare Krishna est une organisation religieuse hindoue faisant de nombreuses campagnes dans le rue partout dans le monde pour récolter de l’argent. Ils trouvèrent une astuce redoutable pour augmenter les donations : ils donnèrent des fleurs aux gens, puis seulement après réclamèrent des dons. Cela marcha redoutablement : après avoir reçu un « cadeau », les gens étaient souvent trop gênés pour refuser de leur donner de l’argent. Ce qui est intéressent, c’est que ce principe de la réciprocité fonctionne de manière disproportionnée : simplement après avoir reçu de la part d’un commercial un produit valant quelques centimes, beaucoup peuvent se sentir obligés d’acheter un produit de plus de 100 euros en échange. Alors, pour vous protéger, refusez tous les cadeaux que cherchent à vous offrir les commerciaux, cela est de la manipulation.

4) L’effet de la première impression

Cela ne vous est-il jamais arrivé qu’une compagnie dont vous utilisez les services vous traite très bien le premier mois, puis que le service se dégrade ensuite ? Elle utilise simplement le principe de la première impression, qui, positive ou négative, a tendance à biaiser durant un long futur l’impression que l’on a envers quelqu’un ou quelque chose. Cela signifie que votre première journée à un travail n’est définitivement pas la bonne pour arriver en retard ou causer des problèmes : ceux-ci seront très ancrés dans la mémoire des gens.

Cliquez-ici pour lire mon article sur les lois du pouvoir.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire Les influences psychologiques de Robert Cialdini.

rat race

La rat race ou la course aux rats

By | Développement personnel | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

Voici ce qu’est la rat race : « Des millions de gens sacrifient leur vie pour un travail qui va leur servir à acheter des choses dont ils n’ont pas besoin pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas »

« Même si vous êtes le premier dans la course aux rats, vous êtes toujours un rat »

 

N’avez-vous jamais eu l’impression que dans notre société, de plus en plus de gens ont tendance à sacrifier des années de leur vie pour une pseudo-réussite professionnelle et un pseudo-prestige ? Beaucoup choisissent leur carrière non pas selon leur propre passion, mais pour impressionner leur entourage, famille et amis.

 

Prenons l’exemple de Monsieur X. Monsieur X, après un bac général, entreprend un bac +5 dans un domaine classique comme l’ingénierie et le commerce, pas vraiment par passion (il serait incapable de citer 2 catégories d’ingénieur, ou 2 métiers disponibles après une école d’ingénieur). Mais bon, tous les bons élèves dans sa classe font cette carrière, et ses parents et ses professeurs lui disent de faire cela. Durant ses études, il se défoncera au travail tant qu’il y aura des concours à passer, mais une fois ceux-ci terminés, alcool et fêtes prendront le pas sur l’apprentissage. Il sera absent à la moitié des cours, mais parviendra tout de même à avoir son beau diplôme, cela étant la politique de nombreuses grandes écoles en France. Après ses études, Monsieur X choisit un emploi prestigieux recommandé par ses parents, de préférence une grande multinationale qui affiche en grand son élitisme et dont le nom fait chic à sortir dans un certain milieu social (le français moyen ne connait probablement pas McKinsey ou JP Morgan). Durant ses débuts dans l’entreprise, Monsieur X doit travailler énormément sur des tâches pas forcément intéressantes, mais l’entreprise ne cesse de lui marteler que le prestige qu’elle offre va lui garantir « une bonne carrière » pour la vie. Passons 20 ans plus tard. Après quelques promotions, Monsieur X peut être considéré comme étant riche en-terme de revenu et apparait aux yeux de sa famille comme ayant parfaitement réussi sa vie. Pourtant, les années de travail bureaucratique ont fini par l’user moralement et physiquement. On sent une profonde lassitude à l’idée de devoir encore se lever 5 fois par semaine pendant 25 ans pour un métier pour lequel il n’éprouve aucune passion. Monsieur X repense alors à tous les métiers qui le faisaient rêver, et qu’il n’a jamais fait parce que ses professeurs lui répétaient que ce serait un gâchis pour quelqu’un de son potentiel de faire cela. Mais Monsieur X s’est rendu compte trop tard que ses études jugées prestigieuses l’ont mené à un métier jugé prestigieux qui consiste en grande partie à faire des tableaux Excel et dont le bon salaire est largement compensé par les horaires à rallonge (et puis, on leur martelait au salon de recrutement que le jour où il deviendrait Managing Director, son revenu serait en millions, mais personne n’a précisé la proportion de débutants qui deviennent Managing Director…) Cela s’appelle la rat race.

 

Une raison supplémentaire de ne pas vous baser sur le prestige pour choisir votre carrière est que prestige et salaire élevé sont deux choses totalement différentes. Être chercheur en physique est sans doute beaucoup plus prestigieux lors des réunions familiales, mais faire de la plomberie est un bien meilleur choix financier.

De plus, pour gagner beaucoup d’argent, le mieux est encore d’être dans les meilleurs de votre domaine. Les banquiers d’affaire sont peut-être en moyenne très bien payés, mais un banquier d’affaire médiocre qui sera donc incapable de monter les échelons se verra très rapidement dépassé en terme-de salaire par le top de ceux ayant des métiers considérés bien moins prestigieux par la société.

Alors, cela vous donne t’il envie d’échapper à la rat race ?

Cliquez-ici pour découvrir un hack pour réaliser ses rêves.

Pour approfondir, vous pouvez lire La semaine de 4 heures de Tim Ferriss.

Découvrez maintenant notre formation !
Ayn Rand

Pourquoi tous les entrepreneurs doivent lire ce livre d’Ayn Rand

By | Développement personnel | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

Comme assez souvent, je vais vous parler d’un livre. Mais pas de n’importe lequel. Celui-ci est, une cinquantaine d’année après sa parution, toujours le deuxième livre le plus influent aux Etats-Unis juste après la Bible. Son titre ? Atlas Shrugged de Ayn Rand (La révolte d’Atlas) traduit sous le très mauvais titre de La grève en français. Bien qu’il s’agisse d’un roman, il est une encyclopédie de leçons à retenir pour les entrepreneurs.

Ce livre raconte l’histoire d’une grève nationale. Mais pas une grève de salariés. Une grève des entrepreneurs et des chefs d’entreprises qui en ont assez des taxes et des réglementations que leur impose l’Etat. Ils décident donc de laisser le pays livré à lui-même.

Voici quelques citations du livre d’Ayn Rand pour vous donner un avant-goût de sa philosophie.

 

« Je jure sur ma vie et sur mon amour de ma vie que je ne vivrai jamais pour l’intérêt d’un autre homme, et que je ne demanderai jamais à un autre homme de vivre pour le mien »

« J’ai commencé ma vie avec un seul absolu : que le monde extérieur devait refléter mes plus hautes valeurs, et ne jamais être abandonné à des standards inferieurs »

« Les contradictions n’existent pas. Quand vous trouvez une contradiction, vérifiez vos éléments de départ. Vous trouverez que l’un est faux »

« L’homme qui refuse de juger, qui n’est jamais d’accord ou en désaccord, qui déclare qu’il n’y a aucun absolu et pense qu’il échappe à toute responsabilité, est l’homme responsable de tout le sang qui se retrouve sur la terre… Il y a deux côtés à chaque débat : un est vrai, un est faux, mais le milieu est toujours diabolique »

« Laissez-moi vous donner un conseil pour juger le caractère d’un homme : celui qui maudit l’argent l’obtient de manière malhonnête, celui qui le respecte la gagne honnêtement

« Éloignez-vous immédiatement de n’importe quelle personne qui vous déclare que l’argent est maléfique : c’est la sonnette d’alarme qui annonce un truand »

« L’argent est juste un outil. Il vous amènera là ou vous voulez, mais il ne vous remplacera pas comme conducteur »

« L’argent ne permettra pas d’acheter le bonheur à l’homme qui n’a aucune idée de ce qu’il désire »

« Un crime plus grand que d’assassiner un homme, est de lui faire croire que le suicide est une vertu »

« Je ne pense pas que la tragédie soit notre destin naturel et ne vis pas dans la peur permanente qu’elle arrive. Ce n’est pas le bonheur, mais la souffrance que je considère comme non naturelle. Ce n’est pas le succès, mais la calamité que je regarde comme une exception anormale dans la vie d’un être humain »

« Un homme honnête est un homme qui sait qu’il ne peut pas consommer plus qu’il ne produit »

« L’homme a le pouvoir d’être son propre destructeur, et c’est comme cela qu’il a agi dans la majeure partie de l’Histoire»

« Vous ne pouvez pas avoir votre gâteau et laisser votre voisin le manger également »

« Ceux qui veulent faire des affaires avec moi doivent le faire dans mes termes ou pas du tout. Je ne négocie pas avec l’incompétence »

« C’était un homme qui n’avait jamais accepté l’idée que les autres avaient le droit de le stopper. Il se fixait un objectif et allait en avant vers ce dernier »

« Cela est logique que lorsqu’il y a un sacrifice, il y a quelqu’un qui collecte l’offrande du sacrifice. L’homme qui vous parle de sacrifices vous parle de maître et d’esclave, et a l’intention d’être le maître »

« La seule chose qui compte dans la vie, ce sont des possessions solides et matérielles, il n’y a pas le temps pour la théorie quand tout autour de nous tombe en pièce ».

La philosophie d’Ayn Rand repose sur un principe de base : l’égoïsme rationnelle. Autrement dit, il n’y a rien de plus noble pour un homme que la recherche de son propre bonheur.

Cliquez-ici pour lire mon article sur 3 choses dangereuses que l’on apprend en école de commerce.

Découvrez maintenant notre formation !
pouvoir

Pouvoir : les lois qu’appliquent ceux qui dominent

By | Développement personnel | One Comment

Cet article est inspiré du livre Les 48 lois du pouvoir de Robert Greene.

Pour découvrir notre formation, cliquez-ici.

Ces lois vont vous paraître sans doute un peu trop cyniques et cruelles pour les appliquer, mais il est important de les connaître pour pouvoir au moins s’en protéger.

 

Loi 1 : Ne faites jamais de l’ombre à votre supérieur

Il faut toujours que les personnes placées au-dessus de vous se sentent supérieures. Aidez vos supérieurs à apparaître comme plus brillants qu’ils ne le sont vraiment, et vous atteignez les sommets du pouvoir.

Nicolas Fouquet appliqua l’opposé de cette loi. Il invita Louis XIV à un immense banquet dans lequel il montra l’étendue de sa puissance. Le problème est que le roi était un homme extrêmement arrogant, qui ne pouvait absolument pas supporter de voir sa grandeur éclipsée par celle de Fouquet. Le lendemain, il fit arrêter ce dernier, qui passa le restant de sa vie en prison.

 

Loi 2 : Défendez votre réputation comme votre vie

Votre réputation est la racine de votre pouvoir. Grâce à elle, vous pouvez intimider et vaincre. Rendez votre réputation inattaquable. En même temps, apprenez à attaquer celle de vos ennemis afin de les détruire.

Les gens autour de nous, même les amis les plus proches, sont toujours un peu mystérieux. Pour cette raison, on préfère juger sur les signes extérieurs les plus visibles : vêtements, gestes et actions. Dans le prestige social, l’apparence est utilisée pour pratiquement tous les jugements.

Durant la seconde guerre mondiale, le général Rommel avait une réputation de génie guerrier qui semait la terreur dans le camp adverse. Même lorsqu’il se trouvait en situation d’infériorité matérielle écrasante, des villes entières étaient évacuées à son approche.

 

Loi 3 : Déléguez aux autres tout le travail, mais prenez tout le crédit

Utilisez la compétence et la sagesse des autres personnes pour vous aider. Cette assistance vous permettra de gagner de l’énergie et du temps. Finalement, ceux qui vous ont aidés seront oubliés tandis que l’on se souviendra de vous.

Tout le monde connait Edison, mais peu connaissent Tesla, un scientifique de la même époque pourtant bien plus brillant. La raison : Edison embauchait les plus talentueux pour travailler pour lui, et prenait crédit de leurs inventions. Apprenez à exploiter les autres, et vous accumulerez pouvoir et argent. Trouver ceux qui ont les compétences qui vous manquent, et faites-les travailler pour vous. Les politiciens d’aujourd’hui font tous appel à des plumes pour écrire leur discours, tous simplement parce qu’ils ne sont pas de bons écrivains.

 

4ème loi du pouvoir : convainquez les autres par vos actions, pas par des mots

Dans le jeu du pouvoir, vous devez considérer les effets de vos actions sur le long terme. Le problème, lorsque vous argumentez oralement pour défendre votre point de vue, c’est que les autres personnes peuvent faire semblant d’être d’accord avec vous par politesse, tout en vous haïssant intérieurement. Le pouvoir de démontrer vos idées par des actions concrètes, c’est faire en sorte que les autres personnes ne se mettent pas sur la défensive, et soient donc plus facile à persuader.

Alors que Nikita Khrushchev critiquait les crimes de Staline, quelqu’un l interrompit en lui disant : « Vous étiez complice de Staline, pourquoi ne l’avez-vous pas arrêté ? ». Khrushchev répondit « Qui a dit cela ? ». Après plusieurs secondes de silence tendu, il dit « Maintenant vous savez pourquoi je ne me suis pas opposé à lui».

Cliquez-ici pour savoir comment atteindre l’indépendance financière.

Pour découvrir d’autres méthodes de manipulation, vous pouvez lire Influence et Manipulation de Robert Cialdini.

Pour découvrir notre formation, cliquez-ici.

influencer les gens

2 méthodes pour influencer les gens tirées de Dale Carnegie

By | Développement personnel | No Comments

1) Comment faire une première bonne impression
Certaines études montrent que l’opinion qu’une personne se fait de vous est en grande partie établie durant les 30 premières secondes. Cela signifie que la toute première impression que vous donnez est primordiale. Il existe une méthode simple pour que celle-ci soit bonne : le sourire. Comme on le répète, « On n’est pas responsable de la tête que l’on a mais on est responsable de la tête que l’on fait ». Carnegie, lui, écrivit que « L’expression qu’une femme porte sur la figure est beaucoup plus importante que ce qu’elle porte sur le dos ». Beaucoup d’entrepreneurs se sont servis de leur sourire pour obtenir ce qu’ils voulaient et créer leur fortune, comme Charles Schwab, célèbre homme d’affaire américain, qui dit que c’est en souriant qu’il gagna un million de dollars. Les scientifiques s’accordent aujourd’hui pour dire qu’une grande partie du message que l’on transmet lorsque l’on parle est déterminé par l’expression visuelle que l’on affiche (celle-ci est donc primordiale pour influencer les gens). Mc Connel, psychologue célèbre, affirma que : « Ceux qui sourient ont tendance à diriger, à enseigner où à vendre avec plus d’efficacité, et leurs enfants sont en général plus heureux. Un sourire a plus d’effet qu’un froncement de sourcils ». Aux Etats-Unis, où une grande partie du salaire des serveurs repose sur leur pourboire, ces derniers ont compris depuis longtemps l’intérêt d’afficher un grand sourire pour gagner plus d’argent. En plus, sourire rendrait plus heureux et serait bon pour la santé, alors pourquoi ne pas le faire ?

2) Donnez aux gens de la reconnaissance pour les influencer
Un des directeurs du service de la poste aux Etats-Unis possédait un secret qui lui permit de monter à un échelon si élevé et d’influencer les personnes importantes. Il possédait une mémoire incroyable pour retenir le nom des gens, et il mettait toujours un point d’honneur à les appeler par leurs noms. Même lorsqu’il voyait quelqu’un qu’il n’avait rencontré qu’une seule fois un an auparavant, il saluait immédiatement la personne par son bon nom. L’effet était incroyable : tout le monde l’appréciait immédiatement pour cette raison. Agent électoral de Franklin D Roosevelt, sa méthode contribua très fortement à installer ce dernier dans le fauteuil du bureau présidentiel. Quelques mois avant le début de sa campagne, il rencontrait des centaines de représentants électoraux chaque semaine, et chacun recevait après une lettre adressée à son propre nom. Cet homme avait compris un principe quasiment universel : chaque homme préfère de très loin son nom à tous les autres de la terre.
Se rappeler correctement du nom d’une personne et l’employer est une manière de faire un compliment subtil et apprécié. A l’inverse, l’avoir oublié, mal orthographié ou mal prononcé provoque une offense subtile. Carnegie se souvient qu’il avait fait une faute pour le nom du manageur d’une banque, et que celui-ci lui avait envoyé une lettre désagréable en retour, juste à cause de cela. Lorsqu’une entreprise grandit beaucoup en taille, elle devient facilement impersonnelle. Un bon moyen pour l’humaniser est que chacun fasse l’effort d’essayer de se souvenir du prénom des autres. C’est également un bon moyen de donner une très bonne impression aux clients et de les fidéliser, que ce soit dans un restaurant, dans un hôtel, ou dans un magasin de mode. Et d’inciter ses clients à dépenser encore plus d’argent chez vous.
Bien sûr, mémoriser les noms des personnes prend un certain temps, mais « la courtoisie est faite de petits sacrifices » comme disait Emerson.
Cliquez-ici pour savoir comment penser en dehors du système.

Pour plus d’astuces, vous pouvez bien sûr lire Comment se faire des amis de Dale Carnegie.

école

Pourquoi l’école ne vous apprend pas à réussir dans la vie

By | Développement personnel | No Comments
Découvrez notre formation maintenant !

1) Faire des erreurs ne signifie pas que l’on est stupide

Qu’est-ce que l’on apprend dans l’enseignement secondaire et supérieur ?  Que faire des erreurs montre que l’on est quelqu’un de stupide. La plupart des gens conservent cette mentalité de l’école toute leur vie. Parce qu’ils ont très peur de se tromper, ils n’essayent pas. Le problème, c’est que dans la vraie vie, le seul moyen de réaliser des projets, que ce soit créer une entreprise ou investir dans l’immobilier, c’est de se jeter à l’eau et d’essayer. Bien sûr, on ne fait généralement pas tout parfaitement. Mais l’action est toujours préférable à l’inaction et à la procrastination.

2) Contrairement à ce que fait croire l’école, la science reconnaît depuis longtemps l’existence de plusieurs formes d’intelligence.

A l´école, il est facile de penser que l’on peut classer tous les individus sur une seule échelle. Alors que la plupart des scientifiques s’accordent pourtant pour affirmer le contraire. Howard Gardner en avait découvert 7 principales :

– l’intelligence verbale-linguistique inclut les capacités de rédaction et de lecture

– l’intelligence logique-mathématique

– l’intelligence kinesthésique qui prédomine chez les athlètes et danseurs de haut-niveau

– l’intelligence spatiale qui prédomine chez les designers et architectes

– l’intelligence musicale

– l’intelligence interpersonnelle, qui inclut les capacités de communication, de management, et de résolution de conflit

– l’intelligence intra-personnelles : ces gens-là ont une passion très forte à laquelle ils consacrent leur vie, et possèdent pour celle-ci une motivation sans faille.

3) La différence entre l’auto-éducation et l’éducation classique

Par auto-éducation, j’inclus tous les moyens par lesquels des gens se forment par eux-mêmes : lire des livres, suivre des cours en ligne, rencontrer des entrepreneurs, faire des expériences pratiques… La différence avec l’éducation classique, c’est que vous ne passez pas à la fin de jolis examens pour vous donner une note pour savoir si vous êtes bon ou mauvais élève. Non, avec l’auto-éducation, le seul examen que vous avez, c’est celui de la vraie vie. Vous parvenez à accomplir concrètement tous les conseils que vous avez lus dans des livres d’entreprenariat et rencontrer des succès financiers importants ? Félicitation, vous passez votre auto-éducation avec le maximum de points. Ici, ce ne sont pas les professeurs qui vous donnent vos notes. Ce sont les banquiers qui vont prêter à votre entreprise, les clients qui vont faire votre chiffre d’affaire et les partenaires qui vont vous aider à transformer vos idées en action.

4) En revanche, l’auto-éducation n’impressionnera personne dans les déjeuners du dimanche

Nous vivons dans une société obsédée par les diplômes. Si vous avez une tête de moins de 25 ans, ce sera sûrement la première question que l’on vous posera dès que vous rencontrez des adultes durant des occasions sociales, et ils vous jugeront immédiatement sur cette question. Autant vous prévenir, dire que vous pratiquez l’auto-éducation n’impressionnera personne. N’allez pas dire aux amis de vos parents qui viennent dîner chez vous : « Je suis en train de lire le Personal MBA, il s’agit d’une liste des 100 meilleurs livres de business établie par Josh Kaufman ». Au mieux, ils ne comprendront rien à ce que vous dîtes, au pire ils vous trouveront ridicule. Pour impressionner, mieux vaut un MBA à HEC ou autre grande école, même si le coût est si élevé qu’il vous faudra prendre un emploi où l’on travaille 60 heures par semaine pendant 10 ans pour rembourser les frais.

Lorsque vous parlez d’auto-éducation aux partisans de l’école classique, ils répondent souvent que ce qui compte n’est pas l’apprentissage mais le diplôme qui arrive à la fin. Autrement dit, ils pensent que pour réussir dans la vie, seul comptent les beaux diplômes que l’on a sur son C.V., mais que les vraies compétences et le passage à l’action sont des choses inutiles. A vous de choisir votre opinion.

Comme disait Nigel Marsh, “Il y a des milliers et des milliers de gens qui travaillent pendant de longues et difficiles heures à des boulots qu’ils haïssent pour gagner de l’argent afin d’acheter des choses dont ils n’ont pas besoin, pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas.”

Cliquez-ici pour lire mon article sur le pouvoir miraculeux de la pensée.

Pour plus d’informations, vous pouvez lire The education of millionaires de Michael Elsberg.

Découvrez notre formation maintenant !
biographies

3 biographies inspirantes pour mener sa vie

By | Développement personnel | One Comment
Découvrez notre formation maintenant !

1) Steve Jobs de Walter Isaacson, une des meilleurs biographies de tous les temps

S´il y a bien une chose à retenir de livre d´Isaacson, auteur spécialisé dans les biographies, c´est qu´il n´y a pas besoin d´être sans défaut pour accomplir des réussites extraordinaires. Dire que Steve Jobs avait des défauts et n´était pas un ange, c´est un euphémisme. Il escroqua son meilleur ami et refusa de reconnaître un de ses enfants. Dans un de ses premiers emplois, ses collègues lui reprochaient de ne pas se laver et le trouvaient tellement insupportable que son patron lui ordonna de venir travailler la nuit. De plus, il ne finit jamais son diplôme à l´université.

Steve Jobs fut un homme très influencé par la spiritualité. Avant de créer Apple, il fit un voyage de plusieurs mois en Inde (et pas en séjournant dans des 5 étoiles !) Il visita plusieurs ashrams et rencontra de multiples gourous. Même si son séjour se termina moyennement, étant donné qu´il tomba assez gravement malade et qu´il dut demander de l´aide à ses parents pour rentrer car il n´avait plus assez d´argent, ce voyage lui laissa des souvenirs inoubliables et le marqua toute sa vie. Il alla d´ailleurs quelques temps au travail en tenue d´Hare Krishna (sa réputation d´excentrique était telle que tous lui était permis).

2) Père riche père pauvre de Robert Kiyosaki

Certes, ce livre est plus connu comme un livre d´épargne personnelle, mais il s´agit presque d´une biographie puisqu´une grande partie du livre prend la vie de l´auteur comme exemple. Kiyosaki, alors qu´il était âgé d´une dizaine d´années, se demanda pourquoi rien n´était enseigné sur l´argent à l´école. Son père, bien qu´ultra-diplômé et muni d´un bon salaire, avait toujours des difficultés à clore ses fins de mois. C´est pourquoi, il demanda au père d´un de ses amis, qui avait accumulé une fortune considérable, tous les secrets pour devenir riche. Celui-ci accepta et utilisa des pratiques concrètes pour lui transmettre l´état d´esprit d´un riche. La première semaine, le « père riche » fit travailler Kiyosaki pour un salaire de misère dans un de ses magasins. L´objectif était de lui faire réaliser que la vie d´un employé consistait souvent à travailler dur pour enrichir quelqu´un d´autre. La deuxième semaine, il fit travailler Kiyosaki pour un salaire nul. L´objectif était qu´il sorte de la mentalité « travailler en échange d´un salaire » pour acquérir la mentalité « faire travailler l´argent et les autres pour soi ». Bien plus tard, alors qu´il rentrait de la guerre du Vietnam, son père pauvre (le père biologique) lui conseilla d´effectuer un MBA, Master In Business Administration, afin de pouvoir intégrer une grande entreprise où il bénéficierait de la sécurité de l´emploi. Son père riche lui recommanda de suivre un séminaire en immobilier qui lui apprendrait non pas à travailler pour l´argent, mais à faire travailler l´argent pour lui.

3) Moi Asimov d´Isaac Asimov

Asimov est l´un des plus grands écrivains de science-fiction du 20ème siècle. Pourtant, il aurait été difficile de prévoir cela en le voyant adolescent. Alors qu´il était au lycée, tout ce qu´il écrivait dans le club d´écriture était constamment moqué par les professeurs, en plus d´être un bouc émissaire victime de harcèlement. Plus tard, il commença ses études dans le but de devenir médecin, étant donné qu´il n´y avait pas une abondance de professions disponibles pour un juif dans l´Amérique encore très antisémite de l´époque. Il dut abandonner peu après ses études en raison de´ la situation financière désastreuse de ses parents. Ce qui est amusant, c´est que ce sont ces conditions extrêmes qui le poussèrent à tenter une carrière d´écrivain. Il raconte lui-même que s´il avait pu poursuivre normalement ses études, le nom d´Asimov serrait aujourd´hui totalement inconnu. Une des biographies d´écrivain à lire absolument.

Finalement, qu´est-ce que l´on retrouve en commun chez toutes ces biographies ? Une sorte d´optimisme et de détermination inébranlable : ils prennent les situations désastreuses qui arrivent dans la vie non comme un échec mais comme un moyen de ressortir plus fort.

Cliquez-ici pour savoir comment accomplir des changements importants et radicaux dans votre vie.

Découvrez notre formation maintenant !
changements dans votre vie

Comment accomplir des changements importants et radicaux dans votre vie

By | Développement personnel | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

1) Installer une stratégie de long terme pour réussir vos défis

On se lance tous des défis et des projets que l’on aimerait accomplir pour changer radicalement notre vie. Mais on a souvent tendance à rapidement abandonner face aux difficultés. Pourquoi ? Une des raisons est que la plupart du temps, lorsque les gens veulent accomplir un grand projet, ils se contentent d’appliquer des tactiques au quotidien sans changements sur le long terme de leur environnement pour se mettre dans des conditions de réussite plus faciles.  Voici quelques exemples de changements que vous devriez instituer pour réussir certains défis.

2) Comment accomplir des changements financiers : dépenser moins d’argent et économiser plus

Beaucoup de gens ont de grandes difficultés à ne pas trop consommer. A chaque nouvelle année, on fait la bonne résolution d’un budget à ne pas excéder, mais devant les tentations omniprésentes, on craque vite. Une solution est de cesser de fréquenter les lieux dans lesquels les tentations sont les plus grandes, par exemple les centres commerciaux. Résister à l’envie d’aller au centre commercial lui-même est assez facile. Le plus difficile est plutôt de limiter les dépenses une fois sur place. Si vous avez besoin d’un petit quelque chose, allez à la place dans une boutique isolée où vous ne serez pas tenté. Ne considérez pas les centres commerciaux comme des lieux de promenade et de socialisation, et refusez les propositions de vos amis de s’y retrouver.

3) Améliorer son régime alimentaire en supprimant la présence des interdits

Pourquoi les gens craquent-ils si souvent lorsqu’ils entreprennent un régime ? Parce qu’ils conservent chez eux tous les aliments interdits. Même si vous ne faîtes pas un régime, dans quel cas avez-vous le plus de chances de résister aux tentations de la nourriture mauvaise ? Si vous avez uniquement à tendre la main pour vous emparer de la malbouffe, ou bien si cela nécessiterait de faire 10 mn de marche dans le froid jusqu’à l’épicerie la plus proche ? A chaque fois que vous décidez de bannir un ingrédient de votre alimentation, jetez tous les stocks que vous avez. Oui, vous perdez un peu d’argent et faîtes du gaspillage, mais au moins vous préservez votre corps.

4) Devenir entrepreneur : se mettre dans un environnement qui vous encourage à réussir

Créer une entreprise à côté de son emploi ne présente que des avantages : on prend des risques très réduits tout en se donnant la chance potentielle de très bons résultats. Mais cela ne marche que si vous avez assez de temps libre à consacrer à votre projet. Il faut être réaliste : si vous êtes banquier d’affaire ou consultant en stratégie, que vous rentrez à minuit tous les soirs et que vous avez besoin de tous le week-end pour dormir et reprendre des forces, votre projet ne décollera jamais. (Ou bien s’il décolle, ce sera le premier dans l’Histoire) Créer son entreprise dans de bonnes conditions peut nécessiter quelques sacrifices raisonnables : arrêter de faire des heures supplémentaires, voire changer d’emploi pour en prendre un qui vous demande moins d’investissements. Je vous conseille aussi d’essayer de fréquenter souvent des entrepreneurs qui ont réussi : cela vous motivera pour avancer et vous apportera des conseils précieux. Personnellement, je ne peux pas appliquer cette astuce habitant dans un pays où les gens ne parlent ni anglais ni français, et cela me manque beaucoup de n’avoir aucun mentor qui a accompli ce que j’aimerais faire.

 

Cliquez-ici pour découvrir notre formation.

Pour plus d’informations, vous pouvez lire Personal Development for Smart People de Steve Pavlina.

Découvrez maintenant notre formation !

Comment continuer à s’auto-éduquer lorsque l’on n’aime pas lire

By | Développement personnel | No Comments

Il y a plusieurs méthodes pour continuer à s’auto-éduquer tout au long de sa vie. La première, la plus évidente, c’est de lire. Après tout, les livres sont un excellent moyen pour acquérir du savoir à petit prix. En particulier dans les domaines de la création d’entreprises, de la finance, du marketing et de la vente, vous pouvez apprendre d’entrepreneurs et d’hommes d’affaires hors du commun, pour les quelques euros que coûte l’achat du livre.

Mais le problème, c’est que la plupart des gens lisent très peu, et quand ils lisent, c’est uniquement de la fiction, et non des livres pratico-pratiques. Alors l’idée de se lancer dans la lecture de tous les livres du Personal MBA, une liste des 99 meilleurs livres en management au monde, dont beaucoup atteignent les 400 pages, apparaît comme un défi impossible pour la majorité. Pas de panique : les livres sont un très bon moyen pour s’auto-éduquer dans tous les domaines, mais pas le seul. Une seconde méthode, c’est d’utiliser tous les supports vidéo qui sont disponibles sur internet. Je suis convaincu qu’il faut utiliser une méthode d’apprentissage qui vous plaise : moi qui déteste les vidéos, je ne vais pas en faire mon support.

Commençons par le marché des formations payantes en ligne, les fameux MOOC  (massive open online course). En France, vous avez sans doute entendu parler d’OpenClassrooms. Ce site propose des formations d’excellente qualité dans des domaines très variés comme la création d’entreprises et l’informatique. Si vous souhaitez acheter une formation sur OpenClassrooms, vous pouvez bénéficier d’une réduction en cliquant sur cette bannière et en utilisant le code qui y est indiqué.

 

 

 

 

 

Si jamais votre niveau d’anglais est assez bon, l’offre anglophone possède une quantité de contenus bien plus grande. Je vous invite à visiter les sites de Coursera, d’EDX, et d’UdaCity. La particularité de cette dernière est que dans chaque formation, vous devez faire un ou plusieurs projets qui vous permettent d’avoir un portfolio à présenter à des employeurs potentiels. Je vous accorde qu’on vous regardera sans doute avec des yeux ronds si vous montrez cela dans une candidature à la SCNCF ou chez Total, mais pour travailler chez Google ou Apple, cela peut être très bien vu. Pour Coursera, la plupart des cours sont gratuits mais vous devez payer pour pouvoir passer les certificats (un des intérêts de ceux-ci est que leur obtention peut davantage vous motiver à suivre les cours).

Voici le lien pour accéder à UdaCity.

Cliquez-ici pour découvrir comment sortir de la procrastination et réaliser vos rêves.

auto-éduquer

banquier d'affaires vs MacDonald's

Banquier d’affaires ou employé dans un fast-food : qui gagne vraiment le plus ?

By | Développement personnel | No Comments
Découvrez maintenant notre formation !

La finance est un domaine qui fait rêver beaucoup de gens. Si l’on en croit les chiffres qu’elles publient, certaines banques d’affaires comme Goldman Sachs auraient des taux de sélectivité à l’embauche de moins de 1%. En comparaison, une admission à Harvard paraît plutôt facile. En effet, pour entrer dans ce type de compagnie, même un diplôme des plus prestigieux ne vous évitera pas une bataille d’enfer, tant la concurrence est féroce. Mais pourquoi les banques d’affaires font-elles-autant rêver les gens ? Très simplement, la finance est associée à l’argent, et les salaires offerts par ces grandes entreprises apparaissent presque irrésistibles. Un jeune débutant banquier d’affaires gagne ainsi environ 3420 euros par an net après avoir payé son impôt sur le revenu.

 

Mais que se cache-t-il derrière le rêve ? Pensez à des horaires de travail aussi hors du commun que le salaire : on atteindrait presque 90 heures par semaine, étant donné que même les week-ends sont remplis de travail à faire. Et c’est à ce moment-là que l’on comprend qu’il y a une grosse différence entre avoir un salaire mensuel élevé et un salaire horaire élevé. Faisons le calcul : 90 heures par semaine, cela fait 360 heures par mois. On a donc un salaire horaire de : 3420    divisé par 90, soit 9.5 euros par heure. Et oui, on revient tout de suite à la réalité. On se demande alors si cela est plus élevé que dans des professions à des années lumières en-terme de prestige. Prenons l’exemple d’un « formateur » chez MacDonald’s (rang un tout petit peu plus élevé que celui d’un employé débutant). Son salaire horaire est d’environ 10 euros. (Certes, être formateur demande un peu d’expériences professionnelles auparavant, mais pas besoin de faire les 5 ans d’études nécessaires pour devenir banquier d’affaires). Cela signifie que le rapport argent gagné/quantité de travail est plus intéressant chez MacDonald’s que chez Goldman Sachs. Et c’est est encore pire si l’on tient compte de plusieurs facteurs. Comme il n’y a pas besoin de faire d’études pour être embauché chez MacDonald’s, on peut commencer à économiser 5 ans plus tôt (Tout est dans le « peut » : bien évidemment, dans la réalité, la majorité de gens à cet âge dépenseront presque toute leur paye immédiatement sans rien sauver. Mais ici, prenons l’exemple de quelqu’un de prévoyant et d’astucieux capable de penser à son avenir financier). L’employé dans une banque d’affaires aura aussi souvent dû s’acquitter de frais d’études : presque 12 000 euros par an dans les grandes écoles de commerce prestigieuse. Bien évidemment, lorsqu’on tient compte de tout cet argent qui n’a pas pu être investi, il faut penser que de l’argent bien placé a tendance à se multiplier avec le temps.

N’oublions pas que notre employé chez MacDonald’s peut travailler dans des endroits où le coût de la vie est très peu cher, alors qu’un banquier d’affaires a le choix entre Paris, Londres et New-York, villes réputées pour leur coût élevé.

 

Mais attention, je ne suis surtout pas en train de vous dire qu’il faut que vous abandonniez tous vos emplois de cadre pour aller travailler dans des fast-foods. D’abord, si travailler beaucoup ne vous dérange pas, le salaire mensuel dans une banque d’affaires reste beaucoup plus élevé que chez MacDonald’s. Je ne vous dirais pas qu’être banquier d’affaires n’est pas stressant, mais pour avoir travaillé moi-même dans la restauration, je pense que c’est vraiment l’un des secteurs les plus durs en terme-de stress et de conditions physiques. Enfin, la progression de salaire est sans doute plus rapide dans la banque d’affaires (même si contrairement à ce que l’on croit, il est possible de gravir les échelles depuis le bas chez MacDonald’s : n’oubliez pas qu’Alain Cojean y a débuté).

 

Non, mon objectif, c’est simplement de vous inciter à réfléchir sur votre carrière indépendamment des pressions sociales, parce que comme nous venons de le voir, le « prestige » ne signifie pas grand-chose en terme-de rémunération de votre temps de travail.

Si vous avez aimé cet article et souhaitez vous abonner au blog, cliquez-ici (parce que en plus d’être informé de chaque nouvel article, vous recevrez un cadeau spécial).

Pour vous aider à vous décider sur tous vos choix de carrière, vous pouvez lire le livre Designing your life de Bill Burnett.

Découvrez maintenant notre formation !